Terrena notifie le rachat du groupe Doux à l’Autorité de la concurrence

|

Annoncé il y a plusieurs mois, le rachat du volailler Doux par le groupe coopératif Terrena a été officiellement notifié à l’Autorité de la concurrence le 13 janvier 2016. Celle-ci doit l’autoriser avant que l’opération devienne définitive.

Le siège du groupe Doux, en cours d'acquisition par Terrena
Le siège du groupe Doux, en cours d'acquisition par Terrena© dr

Nouveau pas dans l’affaire Doux et sa prise de contrôle par le groupe coopératif Terrena. Le rachat du numéro 2 de la volaille, avec une grosse activité à l’exportation, a été officiellement notifié le 13 janvier 2016 à l’Autorité de la concurrence. L’opération de rachat étant relativement simple et la part de marché de Doux assez réduite sur le marché de la volaille en France - notamment face à LDC -  l’autorisation du gendarme de la concurrence ne fait pas de doute.

CA d’environ 500 M€

Le groupe Doux reste toutefois un acteur majeur en grande distribution avec sa marque Père Dodu, tant en volailles entières qu’en produits élaborés. A l’export, c’est plutôt la marque Doux, très présente au Moyen-Orient et notamment en Arabie Saoudite, qui est forte. Le groupe emploie encore 2000 personnes, malgré les lourdes restructurations qui ont été menées après la suppression des subventions européennes, dont tout le secteur bénéficiait. Jean-Charles Doux, l’actionnaire historique est encore détenteur d’une minorité au sein du capital. Arnaud Marion, président du directoire, le dirige. Le chiffre d’affaires est d’environ 500 millions d’euros.

Terrena, de son côté, réalise environ 850 millions d’euros de chiffre d’affaires via sa filiale Gastronome, et emploie 3000 salariés, dans le secteur de la volaille. Sa marque principale est Douce France. La plupart de ses activités se trouvent dans l’Ouest de la France, mais des sites sont également présents dans l’Est et le groupe écoule en grande distribution les volailles du Sud-Ouest détenues par la coopérative Maïsadour. Une fois le rachat de Doux opéré, la filière volaille comprendra deux acteurs majeurs, LDC et Terrena, et quelques outsiders comme Duc.

1 commentaire

guillart

26/01/2016 18h07 - guillart

Bonsoir, j'espère que dans les mois à venir, les emplois seront tous préservés et qu'il n'y aura pas de restructuration

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations