Tesco suspend un fournisseur chinois soupçonné d'exploiter des prisonniers

|

Suite à la découverte d'un appel à l'aide d'un prisonnier chinois dans une carte de vœux, Tesco suspend son fournisseur et lance une enquête. 

Suite à la découverte d'un appel à l'aide d'un prisonnier chinois dans une carte de vœux, Tesco a retiré les produits de ce fournisseur chinois de ses rayons.
Suite à la découverte d'un appel à l'aide d'un prisonnier chinois dans une carte de vœux, Tesco a retiré les produits de ce fournisseur chinois de ses rayons.© Tesco

L'envoi de cartes de vœux à Noël est d'usage au Royaume-Uni. En voulant perpétuer cette tradition, la petite Florence Widdicombe, âgée de six ans, a découvert que l'une de ses cartes achetées chez Tesco était déjà écrite. Selon le Sunday Times qui a révélé cette affaire, le message écrit en lettres capitales est : « nous sommes des prisonniers étrangers dans la prison de Qingpu à Shanghai en Chine, forcés de travailler contre notre volonté. S'il-vous-plaît aidez-nous et prévenez les ONG de défense des droits de l'Homme. Contactez Mr Peter Humphrey. » Peter Humphrey est un ancien enquêteur privé qui avait été condamné en 2014 à deux ans et demi de prison pour violations des lois chinoises sur la vie privée alors qu'il y travaillait pour le groupe pharmaceutique GSK. Peter Humphrey, qui d'ailleurs signe l'article du Sunday Times, a purgé une partie de sa peine dans cette prison de Qingpu avant d'être expulsé du pays. Il a contacté d'anciens détenus de la prison qui lui ont confirmé avoir été forcés d'emballer des cartes Tesco.

Enquête

Face à ces révélations, l'enseigne britannique a tout de suite réagi. « Nous abhorrons l'utilisation du travail pénitentiaire et nous ne le permettrions jamais dans notre supply chain », déclare Tesco dans un communiqué de presse. Les cartes provenant de cette usine ont été retirées des rayons des magasins. Le distributeur annonce aussi avoir suspendu son fournisseur chinois et lancé une enquête. « Ce fournisseur a fait le mois dernier l'objet d'un audit indépendant et rien ne laissait suggérer qu'il enfreint nos règles sur le non-recours au travail pénitentiaire », souligne Tesco. Et de conclure : « Si un fournisseur enfreint nos règles, il sera immédiatement et irrémédiablement radié. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter