The Phone House se reformate pour l'internet mobile

|

Pour tirer parti de la mue du marché de la téléphonie en marché de l'internet mobile, la chaîne de téléphonie mise sur les services et la proximité. Elle doit ouvrir des corners dans les hypermarchés.

D'ici à 2015, l'enseigne compte agrandir son réseau de quelque 150 unités supplémentaires. Elle mise sur quatre leviers :

Les formats nouveaux magasins « connected world » plus grands, de corners dans d'autres enseignes, de magasins franchisés et de la vente sur internet

L'offre après les Smartphone et Net PC, l'offre sera élargie aux tablettes tactiles et aux contenus à terme

Les services lancement d'assurances couvrant la dépréciation du téléphone, de prestations de sauvegarde de données, d'un « SAV communautaire » en ligne, mise à jour de sites communautaires

L'occasion inauguration le 3 mai d'un site de cotation et reprise des anciens mobiles, en partenariat avec West One Technology

Après s'être imposé dans la téléphonie mobile, The Phone House entend saisir la perche de l'internet mobile. La chaîne qui, en quatorze ans, est devenue le premier distributeur français de portables indépendant des opérateurs (lire À l'enseigne, page 72), revoit son modèle pour passer « de l'idée de convergence autour du mobile à celle de rayonnement à partir d'internet », explique son PDG, Jean-Pierre Champion. Pour y parvenir, l'enseigne va encore renforcer le lien de proximité avec sa clientèle, en misant sur ses points de vente, internet et les services.

 

En magasins, The Phone House va diversifier ses formats pour passer de 326 points de vente en France fin 2009, dont une quarantaine de franchises, à près de 500 à l'horizon 2015. La franchise, avec 20 à 25 ouvertures par an, fournira le gros de l'expansion. Le parc des succursales, lui, va être requalifié : le nombre de boutiques de 50 m² et moins va être réduit au profit d'un format dit « connected world », plus grand (une centaine de mètres carrés), qui permettra d'étendre l'offre jusqu'aux jeux vidéo et téléviseurs connectés. The Phone House va par ailleurs implanter des corners de 20 à 50 m² dans les grandes surfaces. Après une première ouverture dans le Gitem d'Yvetot (Seine-Maritime), des discussions sont en cours avec deux autres enseignes, dont une alimentaire. The Phone House en exploite déjà au sein d'hypermarchés Carrefour en Espagne et Belgique. Jean-Pierre Champion ne confirme pas s'il discute ou non avec elle pour la France.

 

Pour le PDG de The Phone House, les magasins ne doivent pas être dissociés d'internet. « Nos clients doivent pouvoir passer indifféremment de l'internet au physique et ce, de la vente à l'après-vente », explique-t-il. The Phone House s'apprête ainsi à mettre en ligne un « service après-vente communautaire », Click et Solve. Basé sur une base de données, notamment alimentée par les 1 000 vendeurs de l'enseigne et animée par trois personnes de son centre de relations clients, il facilitera la résolution des problèmes techniques rencontrés par les utilisateurs. The Phone House doit aussi ouvrir le 3 mai un site de cotation et reprise de mobiles d'occasion et développera de nouvelles prestations en rapport avec la mobilité. Certains services, comme Click et Solve ou la reprise d'occasions, sont déjà implantés au Royaume-Uni, de même que le format de magasins « connectés ».

La stratégie de The Phone House s'intègre en effet dans la celle de sa maison mère, Best Buy Europe, coentreprise à 50-50 entre le britannique Carphone Warehouse et l'américain Best Buy, qui inaugurera le premier magasin européen à cette enseigne, sur 3 000 m² à Thurrock, au Royaume-Uni, début mai.


 

Un « SAV communautaire »

Étendre l'offre aux jeux vidéo

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2134

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous