The Warehouse, le terrain de jeu de Cdiscount pour réinventer la supply chain

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Cdiscount a inauguré vendredi 15 juin son incubateur, The Warehouse. Cinq jeunes pousses y sont actuellement hébergées avec en tronc commun la réinvention de la supply chain et l'amélioration des conditions de travail.

Toutes les semaines, un atelier est organisé dans The Warehouse, situé à Canejean près de Bordeaux, qui fait collaborer une start-up et les équipes métiers de Cdiscount.
Toutes les semaines, un atelier est organisé dans The Warehouse, situé à Canejean près de Bordeaux, qui fait collaborer une start-up et les équipes métiers de Cdiscount.

« La technologie prend de plus en plus le pas dans le commerce, nous devons donc investir dans la technologie. » Et pour Emmanuel Grenier, président-directeur général de Cdiscount, cette ambition se traduit, entre autres, par la création de The Warehouse, un incubateur de start-up entièrement dédié à la supply chain, « pour leur offrir un terrain de jeu pour tester leur solution. » Ce lieu ouvert il y a quelques mois a été officiellement inauguré le 15 juin dernier.  

Avec 9 millions de clients en France et 25 millions de colis envoyés par an, la logistique représente un enjeu majeur l’e-commerçant. Et pour Pierre-Yves Escarpit, directeur des opérations en charge de la supply chain, de l’informatique et depuis peu des achats, et ses équipes, la mission consiste à accueillir en permanence 3 à 7 jeunes pousses qui interviennent sur l’un des maillons de la chaîne logistique. « L’idée de The Warehouse a émergé suite à notre collaboration avec Exotec, qui robotise notre entrepôt de Cestas et de Réau, détaille le directeur des opérations. Les équipes de Romain Moulin faisaient leurs tests directement dans nos entrepôts et nous étions dans une démarche de co-création. » (Lire Pourquoi robotiser ses entrepôts)

Devant cet échange positif, la direction a donc pris le parti de formaliser davantage ces échanges en créant un incubateur qui met ainsi à disposition des jeunes pousses des outils pour éprouver rapidement leur solution dans des conditions réelles. La colonne vertébrale de cette première sélection est d’améliorer les conditions de travail des équipes tout en dopant la productivité.

Actuellement 5 jeunes pousses travaillent dans le bâtiment de 500m² situé à Canéjan près de Bordeaux, en étroite collaboration avec les équipes métiers de Cdiscount : NoMagic, Ez-Wheel, E-Cobot, HRV et ShopRunBack.

Amélioration du picking sur des produits en vrac avec No Magic
La jeune pousse No Magic (voir photo d'illustration), créée il y a un an, travaille sur un bras articulé qui est capable d’attraper des produits mis en vrac dans un chariot pour les poser de façon unitaire sur un convoyeur. « Le geste de préhension est acquis chez l’humain autour de 6 à 9 mois, indique un responsable de No Magic. Nous cherchons à éduquer le robot à cette notion. » Actuellement, un opérateur doit saisir le produit, le scanner et le poser sur le tapis. Technologiquement, les algorithmes doivent reconnaître le produit à l’aide d’une caméra et identifier de quelle manière le saisir avant de l’attraper et le bouger. Un pilote est prévu fin septembre, début octobre sur la ligne d’emballage.

Un compagnon pour les employés avec E-Cobot
E-Cobot planche sur la création d’un cobot (robot collaboratif) qui doit aider les opérateurs dans le transport de charges lourdes. Baptisée Husky, la machine dispose d’un bras articulé qui peut porter des cartons allant jusqu’à 30 kilos. Ce cobot sert par exemple pour la composition des palettes, particulièrement sur des grandes hauteurs. Fin 2018, des tests dans les conditions du réel sont programmés avec une intégration complète fin 2019. La start-up travaille en plus de Cdiscount avec Espace ou encore Airbus et est actuellement en pleine levée de fonds.

Rendre les chariots autonomes avec Ez-Wheel, Akka Navigation et iidre
Ez-Wheel entend révolutionner le chariot, ou plutôt la façon de le déplacer. La jeune pousse a ainsi ajouté sous l’équipement une roue motorisée. Elle peut être piloté par les opérateurs par des boutons avancer-reculer. Fin juillet, 4 exemplaires seront mis en production. La deuxième étape du projet, conçu avec Akka Navigation et iidre consiste à rendre le chariot complétement autonome. Par exemple, on peut imaginer un employé faisant du picking appeler un nouveau chariot tout en renvoyant directement à la préparation de commandes celui qui est plein. Les premiers essais de ce scénario se feront à la fin de l’été.

Identifier les TMS avec HRV

  • Avec Nao Studio, HRV modélise les postes de travail avec des capteurs pour identifier les efforts des employés, et donc connaître précisément les gestes qui provoquent des troubles musculosquelettiques. L’autre solution de cette start-up créée en 2013 et qui se finance entièrement sur fonds propres c’est Nao Live. L’objectif consiste cette fois à se projeter avec la réalité virtuelle dans des outils industriels qui n’existent pas et ainsi de définir le meilleur fonctionnement possible pour les opérateurs.

Améliorer le retour des produits encombrants avec ShopRunBack
La jeune pousse a déjà fait ses armes dans le commerce pour la gestion des retours produits, travaillant en revanche surtout avec des petits produits. La collaboration avec Cdiscount porte sur le retour des produits encombrants, comme de l’électroménager, qui duplique la pratique de la livraison à la demande. Pour le retour à la demande, le client se rend sur une plate-forme pour prendre un rendez-vous. Les équipes de ShopRunBack s’occupent chez le client de vérifier l’état du produit et de la transférer dans les entrepôts de Cdiscount pour un reconditionnement.

Ce service qui sera proposé à la rentrée à certains clients doit permettre de lever un maximum de frein à l’achat. Un enjeu clé pour l’e-commerçant car cette famille de produits l’intéresse de plus en plus. Cdiscount joue d’ailleurs à fond la carte de l’omnicanalité en s’appuyant sur les hypermarchés Géant du groupe Casino, auquel appartient Cdiscount.

La logistique chez Cdiscount
En un an, le nombre de références stockées dans les entrepôts Cdiscount a été multiplié par 4 (plus de 300 000). Pour accompagner la croissance de son assortiment, Cdiscount a étendu sa surface d’entrepôts de 300 000 m2 à 500 000 m2. Ses capacités de stockage ont ainsi été augmentées de 70% au sein de ses 3 pôles-clés en France : Bordeaux, Paris et Lyon. L’e-commerçant a d’ailleurs investi pour robotiser son entrepôt de Réau avec 50 robots. Cdiscount annonce chiffre d’affaires de plus de 3 milliards d’euros de volume d’affaires, avec près de 40 millions de références, marketplace incluse répartis autour d’une quarantaine d’univers (high-tech, équipement de la maison et de la personne, etc.).

 

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA