Marchés

Thierry Blandinières quitte Delpeyrat et le groupe Maïsadour pour la coopérative In Vivo

|

Il quittera ses fonctions de directeur général de Maïsadour et de président de Delpeyrat à la fin de l’année 2013 et rejoindra, au 1er janvier 2014, le plus grand groupe coopératif français.

THIERRY BLANDINIÈRES, président de Delpeyrat

Thierry Blandinières tire sa révérence à Maïsadour. Après 10 années passées au sein de cette coopérative, il quitte le sud-ouest pour Paris, où il prendra le poste de directeur général de l’Union Invivo, actuellement occupé par Patrice Gollier jusqu’au 1er juillet prochain. L’actuel président de Delpeyrat restera jusqu’à la fin de l’exercice 2013 avant de rejoindre le plus grand groupe coopératif, qui pèse 5,7 milliards d'euros. Jérôme Duchalais, directeur général adjoint de In Vivo, assurera la transition avec l’appui du comité exécutif.

Encore trois dossiers sur le feu

Pour ses derniers mois au sein de Delpeyrat, le PDG ne devrait pas rester inactif. Il multiplie en effet les rendez-vous et espère s’emparer mardi de la partie ‘plats cuisinés’ de l’usine Spanghero, en liquidation judiciaire. Il était également récemment en Chine aux côtés du président François Hollande pour tenter de lever les interdictions sur l’exportation de produits de charcuterie dans l’empire du Milieu. Et envoyer ainsi des jambons de Bayonne Delpeyrat …

Dernier projet en cours, Thierry Blandinières examine de près les saumoneries françaises actuellement en difficulté en vue d'une acquisition. Il souhaiterait en effet renforcer son nouveau pôle saumon, qu’il a initié fin 2012 à marque Delpeyrat en rahetant la saumonerie de Saint-Ferréol…

Nombreux chantiers au sein de Maisadour

Arrivé dans la coopérative depuis 2002, Thierry Blandinières a mené de nombreux chantiers au sein de Maisadour. Il a contribué au redressement de Delpeyrat, aujourd’hui leader sur le foie gras en épicerie et numéro 2 sur le frais. Au niveau de la coopérative, il a initié une nouvelle organisation, tout en accélérant le processus d’internationalisation. Maïsadour a ainsi a vu son chiffre d’affaires et ses activités multipliés par trois en dix ans, notamment grâce à la restructuration de ses métiers de base (semences hybrides de maïs et de tournesol, céréales, nutrition animale.L’ensemble de ses actions lui ont d’ailleurs valu plusieurs distinctions.

Maisadour dit aborder « cette période de transition en toute sérénité ».Mais à ce jour, aucun nom n’a été donné pour remplacer Thierry Blandinières à compter du 1er janvier 2014. L'entité Delpeyrat vient quant à elle de recruter un directeur marketing, Thierry Cruzet, ex Bel, en plus de Dominique Duprat, qui occupe depuis un an le poste de directeur marketing et commercial.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter