Thym de Provence, Rillettes du Mans et Sel de Béarn candidats à l'IGP

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le thym de Provence, les rillettes du Mans et le sel de Salies-de-Béarn sont candidats à l'onction de l'indication géographique protégée (IGP) de la Commission européenne qui distingue déjà près de 1.200 produits.  

    L’aire géographique des « rillettes du Mans » est constituée de l’ensemble des territoires des communes du département de la Sarthe (72).
L’aire géographique des « rillettes du Mans » est constituée de l’ensemble des territoires des communes du département de la Sarthe (72).

L'Institut national de l'origine et de la qualité a validé le cahier des charges de ces trois produits du terroir, qui se distinguent par leur appartenance à un territoire précis et délimité, une histoire propre et un savoir-faire et, dans le cas du thym, une variété exclusive, cultivée en plein champ ou cueillie dans la nature.

Plante vivace utilisée pour ses qualités aromatiques, mais aussi bactéricides (il permettait dans le passé de conserver un état sanitaire correct aux viandes), le thym de Provence est cultivé et ramassé par 50 producteurs pour 90 tonnes de thym sec par an.

Les rillettes du Mans sont exclusivement produites dans le département de la Sarthe. Elles sont composées de morceaux nobles de viande de porc auxquels sont ajoutés du sel et du poivre à l'exclusion de tout autre ingrédients, souligne l'Inao.

En 2013, 15 opérateurs reconnus produisaient autour de 10.000 tonnes de rillettes par an.

Le sel de Salies-de-Béarn provient de la source salée du massif de la région, une eau chlorurée forte, riche en sels minéraux et oligo-élements, indique l'INAO: le sel blanc qui en est extrait par évaporation est utilisé pour les salaisons de jambon et le fromage de brebis notamment. Sa tradition remonte à l'âge de Bronze.

Sur la seule saline concernée sont produites 1.658 tonnes de gros sel.

L'IGP créée en 1992 est la déclinaison européenne de l'AOC, l'appellation d'origine contrôlée et donne droit à une dénomination exclusive sur tout le territoire de l'UE.

Selon la liste à jour de l'Inao, les derniers produits français à avoir décroché l'IGP au cours des derniers mois sont le pomelo de Corse, le jambon de Vendée, la noisette de Cervione et des charcuteries corses telles que la coppa, le lonzo (ponzu) et le jambon sec (prisuttu), le booeuf de Charolles, le beurre et la crème de Bresse...

La France est le 2e pays en Europe à bénéficier du plus grand nombre d'IGP alimentaires (environ 200 enregistrées au 31 décembre 2012) derrière l'Italie (plus de 250).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA