Tomates : les "Serres de Bessières" prêtes à passer à la vitesse supérieure

|

Avec 2000 tonnes déjà produites en 2016 et les mêmes volumes attendus pour 2017, les « Serres de Bessières », entendent s’imposer sur le marché toulousain de la tomate.

les serres de bessieres

Opérationnelles depuis 2016, les « Serres de Bessières », situées à 35 kilomètres de Toulouse partent à la conquête du marché local. Sur 3 hectares de serres high tech qui ont nécessité un investissement de 8 M€ dont 5,3M€ apportés par le fonds d’investissement Agro-Invest, la plus grande exploitation agricole de la région a déjà produit 2000 tonnes de tomates  grappe en 2016 et les mêmes volumes sont attendus pour l’année 2017. D’ici la fin de cette année, une nouvelle tranche de travaux doit être entamée avec pour objectif de porter à 10 hectares la superficie des serres de tomates et à 6000 tonnes les volumes produits pour un montant de 8 M€ supplémentaires.

Priorité au circuit court

Avec sa marque « O’Toulouse », les Serres de Bessières entendent  partir à la conquête du marché local. 40% des volumes sont en effet destinés au Min de Toulouse, 40% aux hypermarchés et supermarchés de la région et les 20%  seront diffusés à l’échelle nationale via la GMS

« Notre projet s’inscrit dans un contexte porteur, celui du circuit court et également du zéro pesticides », s’enthousiasme Gilles Briffaud, agriculteur à l’origine du projet.

Une production intensive

En misant sur une lutte intégrée, « Les Serres de Bessières » se fixe pour objectif de produire des tomates locales sans aucun traitement phytosanitaire. Les tomates hors-sol –les plantes sont  posées sur des pains de laine de roche et alimentées par un goutte à goutte enrichi en nutriments- ont un rendement de 640 tonnes à l’hectare contre 50 tonnes à l’hectare pour des tomates de plein champs.

Des déchets ménagers comme source de chaleur

Mais cela n’est pas la seule spécificité de ces serres qui, selon Gilles Briffaud, bénéficie des technologies les plus innovantes. Implantées à quelques centaines de mètres de l’écopôle Econotre, les « Serres de Bessières » sont chauffées avec de la chaleur issue de la combustion de déchets ménagers.  Conçu, financé, réalisé et exploité par Suez  dans le cadre d’une délégation de service public, l’écopole Econotre  traite et valorise les déchets ménagers de 153 communes.   

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message