Marchés

Tony Estanguet : "Nous avons besoin d’entreprises comme Kinder qui nous accompagnent sur la durée"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Tony Estanguet, tripe champion olympique de canoë, était présent à l’Exposition Universelle de Milan les 20 et 21 juin 2015 pour représenter la France au sein du Pavillon Kinder + Sport. Il répond aux questions LSA.

Tony Estanguet : « Encore une fois, il faut éduquer. Manger ce que l’on veut mais en bonne quantité et faire du sport ».
Tony Estanguet : « Encore une fois, il faut éduquer. Manger ce que l’on veut mais en bonne quantité et faire du sport ».

Fidèle du village Kinder depuis sa création, Tony Estanguet, champion de canoë, était présent à l’Exposition Universelle de Milan les 20 et 21 juin 2015 pour représenter la France au sein du Pavillon Kinder + Sport. Tony Estanguet est triple champion du monde de slalom (2006, 2009, 2010) et triple champion olympique, à Sydney en 2000, à Athènes en 2004 et à Londres en 2012. Il est le seul athlète français à avoir gagné trois médailles d'or dans trois Jeux différents.

Pourquoi êtes-vous partenaire du village Kinder ?

Le Village Kinder est un concept très fort, car toute la sensibilisation et l’éducation des enfants au sport se poursuivent au-delà de la semaine de vacances. On facilite leur accès à un club en leur offrant une licence. Et puis quand je fais le déplacement au Temple-sur-Lot, je vois la force que le sport représente pour des enfants qui ne sortent pas souvent de chez eux, qui ne partent pas souvent en vacances... Comme ils ont déjà tous suivi Jo-Wilfried Tsonga à la télé ou regardé les Jeux Olympiques, ils ont plein de questions à nous poser. C’est un moment d’échange et de partage très sympa.

Etes-vous souvent sollicité par les marques ?

Oui, très régulièrement. Il faut bien reconnaitre et admettre que le monde du sport a besoin de financement. Nous avons besoin d’entreprises qui nous accompagnent sur la durée. Des marques jouent le jeu et il faut s’en réjouir. Il s’agit très souvent de partenariat gagnant-gagnant.

Que pensez-vous des questions de santé et d'obésité ?

Il s’agit avant tout d’un problème de comportement et d’éducation. Petit, je fréquentais des fastfoods et je buvais du soda. Ce n’était pas un problème car j’avais déjà beaucoup d’activité physique. Ne vous posez pas toujours la question de ce que vous mangez, regardez surtout quelle activité physique vous pratiquez ou vous ne pratiquez pas.

Etes-vous favorable à un étiquetage nutritionnel renforcé sur les produits, notamment avec des codes couleurs ?

Ce n’est pas la solution. Encore une fois, il faut éduquer. Manger ce que l’on veut mais en bonne quantité et faire du sport. Il ne sert à rien de vouloir interdire ou de vouloir incriminer tel ou tel produit. Je n’ai d’ailleurs jamais démarré le moindre régime. En revanche, je travaille avec un nutritionniste.

Que pensez-vous de l'Expo Universelle ?

C’est très sympa. Il s’agit d’un rendez-vous multiculturel. Nous passons de bons moments à parler avec des personnes d’autres nations. Finalement, cela ressemble un peu à l’ambiance des Jeux Olympiques.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA