Top Crunch

Crunch, le « chocolat qui croustille », est l'une des marques les plus populaires de l'alimentaire. Son propriétaire, Nestlé, s'est appuyé sur cette puissante notoriété pour lancer, en septembre 1995, une nouvelle confiserie baptisée Top Crunch. Ce « turbiné » s'est retrouvé en concurrence avec Maltesers, Smarties et M&M's. Cette forte opposition n'a pas empêché Top Crunch de s'octroyer 5,5% du CA des turbinés à l'issue de l'année 1996 en étant diffusé dans plus de 90% des GMS. Le produit se rapproche de Maltesers, le numéro 3, M&M's (Mars) étant le leader de ce segment.

Les consommateurs ont donc plutôt bien accueilli Top Crunch, couronné Produit de l'année dans la catégorie confiserie. Les raisons de son succès sont multiples. D'abord le grignotage a le vent en poupe et Top Crunch s'inscrit bien dans cette nouvelle tendance de consommation. Le segment des turbinés, 400 MF de CA, a progressé de 14% en 1996 après avoir grimpé de 22% en 1995. Ensuite, la recette qui reprend celle de la tablette a séduit par sa légèreté. « Le consommateur cherche des confiseries qui ne soient pas culpabilisantes en étant trop lourdes », affirme Sylvie Menissier, chef de groupe Nestlé. Autre facteur clé de réussite : la communication. Une campagne massive a été programmée dès janvier 1996. A l'unique référence, un chapelet de 5 sachets vendus 9,95 F, s'ajouteront de nouvelles recettes et de nouveaux formats. La saga Top Crunch ne fait que commencer.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1524

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous