Marchés

Toshiba arrive sur les téléviseurs LCD

S'il n'est pas le premier à se lancer sur le marché du téléviseur LCD, le groupe japonais Toshiba se distingue par un positionnement original.

Alors que Sharp, LG, Samsung, Philips et bien d'autres ont déjà présenté des téléviseurs dotés d'écran à cristaux liquides (LCD) et que Sony s'apprête à en faire autant, l'arrivée sur ce segment d'un acteur plus modeste comme Toshiba ne ressemble pas forcément à l'annonce de l'année. Il ne faut cependant pas oublier que si le fabricant ne détient pas une énorme part de marché sur l'électronique grand public, il se distingue en dominant quelques bastions, comme la rétroprojection, et en proposant une diversité de technologies d'écrans presque inégalée. Le LCD vient ainsi compléter l'offre de la marque et confirme la tendance du marché : dans 10 ans - certains comme Sharp parient sur 5 ans - le tube cathodique aura disparu.

Le remplacement est assuré, avec apparemment une préférence pour les LCD et les plasmas. Deux technologies qui proposent une qualité d'image qui progresse vite et qui se complètent. En tailles d'écran, notamment, puisque s'il est délicat de produire un plasma de moins de 37 pouces de diagonale, il semble aussi peu réaliste d'espérer produire des LCD de plus de 30 pouces à prix raisonnable. « Toutes les marques proposeront des LCD à moins de 1 000 EUR à la fin 2003, affirme Frédéric Cépierre, responsable marketing home cinéma chez Toshiba France. C'est une évidence et toutes se préparent à cette inévitable guerre des prix. » Toshiba le premier, qui a inauguré au début de l'été une usine dédiée à ces produits, détenue à parts égales avec Matsushita (Panasonic).

« Pas un produit hybride »

Cette vision de l'avenir permet d'apprécier à sa juste valeur le lancement, prévu pour la fin du mois, du Stasia 15VL. Un téléviseur qui se distingue par un look original et, surtout, un prix serré : 1 449 EUR. S'il ne s'agit pas du record en la matière, ce tarif psychologique marque une volonté de démocratisation rapide. Il faut également noter que la dalle LCD du Stasia est conçue exclusivement pour la vidéo - et non pour une utilisation hybride télé-informatique -, ce que confirme l'absence de connexion VGA (nécessaire pour brancher un PC sur l'écran). « Cela positionne définitivement le Stasia comme une télé, et non comme un produit hybride », explique Frédéric Cépierre, qui espère visiblement que cette distinction un peu technique sera appréciée à sa juste valeur. Une première segmentation de ce marché émergent pourrait, dès lors, s'opérer.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message