Toupargel, mauvais élève des surgelés en 2012

|

Sans appel, le président de Toupargel, Roland Tchénio, lance : « Les résultats ne sont pas bons et pas à la hauteur de nos espérances ».

toupargel logo

Le groupe de livraison de surgelés à domicile, qui compte 1,2 million de clients dans toute la France, a en effet vu son chiffre d’affaires baisser de 3,6 % à 327,1 millions d’euros. Une érosion des ventes qui s’explique par la baisse des clients dits « actifs » (-3,3%), des commandes livrées (-5,2 %) et des fréquences de commande (-2 %). En revanche,  le panier moyen est en légère augmentation à 50 euros par acte d’achat (+1,6 %). Pourtant, le groupe avait mené de gros projets en 2012 comme des engagements sur la qualité des produits avec une certification Qualicert, l’élaboration d’une plate-forme de marque avec un nouveaux packaging, des outils de gestion avec la mise en place d’un automate d'appel permettant de mieux gérer la clientèle, des formations du personnel afin de leur faire adapter un discours plus vendeur, et le développement du site Internet, un canal qui ne représente aujourd’hui que 2% des ventes.

Des nouveaux projets en 2013

Pourtant, les résultats n’ont pas été visibles. Mais Toupargel lance de nouveaux projets pour 2013. « Nous allons adopter une stratégie de réduction de couts à hauteur de 30 millions d’euros d’ici à 3 ans », explique Romain Tchénio, directeur commercial. Des économies vont ainsi être réalisées sur la prospection, la livraison et la logistique. « Nous voulons moins prospecter mais mieux », ajoute-il. En effet, chaque client est en moyenne démarché environ 15 fois par an, « une fréquence trop importante pour certains mais trop faible pour d’autres », indique Roland Tchénio. Sur l’offre, le distributeur, qui compte 1.000 références de surgelés et 4.500 sur le frais et l’épicerie via sa filiale Place du Marché, veut proposer des produits plus adaptés à ses différents consommateurs : cuisinées, traditionnels, pratiques… Il souhaite également supprimer une partie de l’offre frais concurrente de ses surgelés comme le poisson. Enfin, des efforts sur les prix seront menés. « Nous investissons sur différents postes afin d’être dans de meilleures conditions pour l’avenir », argumente Roland Tchénio. Et malheureusement, le scandale de la viande de cheval dans les plats cuisinés surgelés n’a pas aidé le groupe, déjà dans une position critique.

10 à 15 % de pertes

Travaillant avec Comigel, 5 références du portefeuille ont été touchées par l’affaire, obligeant ainsi Toupargel à retirer ces produits et à informer ses clients. « Les ventes la semaine dernière ont chuté chez nous de 10 à 15%. Les 5 références sorties du rayon représentent à elles-seules 3,2 millions d’euros, soit 1% du chiffre d’affaires », indique le président. Selon lui, depuis quelques jours, les ventes reprendraient et se situeraient au même niveau que l’an passé.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message