Tous gagnés par la franchise : 10 portraits, chiffres clés 2017...

Tous gagnés par la franchise

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier À l’occasion du salon Franchise Expo Paris qui se tiendra du 25 au 28 mars, LSA s’est penché sur les parcours de dix franchisés à la réussite exemplaire pour mieux comprendre les ressorts de ce secteur qui affiche une santé éclatante.

Tous gagnés par la franchise : 10 portraits, chiffres clés 2017...
Tous gagnés par la franchise : 10 portraits, chiffres clés 2017...© LSA

Ils sont dix, issus de domaines d’activité aussi variés que la réparation auto, la vente d’ordinateurs, de fleurs, l’optique, l’alimentaire, la restauration, etc. Dix entrepreneurs au parcours exemplaire qui ont réussi en quelques années ou quelques décennies, grâce à la franchise, à bâtir des entreprises de très belles taille, quand ce ne sont pas des groupes d’envergure régionale. Prosport, par exemple, créé en 1990 par Bernard Joannin, un ancien prof d’éducation physique, exploite aujourd’hui 28 Intersport, dont l’emblématique magasin de la rue de Rivoli, à Paris. L’homme qui jouait du sifflet au bord des terrains emploie plus de 1 000 salariés pour un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros. Plus modeste mais tout aussi édifiant, Franck Palizotto : avec une mise de départ de seulement 7 500 € et en s’appuyant sur le système de la location-gérance de l’enseigne, il est aujourd’hui à la tête de quatre Carrefour City en région parisienne après seulement six ans d’activité.

Optimisme généralisé

Tous ces entrepreneurs ont des parcours qui reflètent la montée en puissance et la belle santé de la franchise en France. Selon les toutes dernières données consolidées par la Fédération française de la franchise (fff), le chiffre d’affaires du secteur a progressé de 3,4 % en 2017 pour atteindre 57 milliards d’euros. Le nombre de réseaux de franchise atteint, lui, le cap des 2 000 unités, soit la bagatelle d’une centaine de nouveaux réseaux créés en un an (+ 5,3 %). Les effectifs suivent, avec 74 500 franchisés recensés en 2017 et 3 000 nouveaux convertis en un an (+ 4,2 %). Seuls les emplois directs et indirects générés par ces réseaux restent relativement stables, à 620 000 postes.

Les indicateurs qualitatifs sont également au beau fixe si l’on en croit l’étude de référence du secteur, l’enquête annuelle de la franchise menée par l’institut CSA pour Banque populaire et la fff, dont la quatorzième édition a été dévoilée fin 2017. Le revenu annuel net moyen des franchisés a augmenté de 5 % en 2017 à 33 917 €. Et leur moral est au plus haut. 74 % se disent optimistes, 7 points de plus qu’en 2016… mais 20 points de moins que les franchiseurs, qui sont 94 % à se déclarer optimistes.

Autres motifs de satisfaction, 76 % des franchisés se sentent mieux armés face à la conjoncture qu’un salarié ou qu’un commerçant isolé, 42 % estiment mieux gagner leur vie qu’un salarié (7 points de plus qu’en 2016) et 46 % pensent être mieux rémunérés qu’un commerçant isolé, contre 44 % en 2016. « Le secteur continue de se professionnaliser, se félicite Chantal Zimmer, la déléguée générale de la fff. Les investissements pour recruter et sélectionner les franchisés mais aussi faire évoluer les savoir-faire des enseignes n’ont jamais été aussi importants. »

Changer, devenir son propre patron

Surtout le secteur continue d’attirer. Selon la même enquête, 39 % des Français aimeraient créer leur entreprise ou se mettre à leur compte (8 points de plus qu’en 2016). Et 44 % de ces entrepreneurs potentiels envisagent la franchise, ce qui représente plus de 17 % des Français en âge de travailler. Ils sont attirés par l’accompagnement mis en place pour les franchisés (41 %), le bénéfice de la notoriété de la marque (pour 40 %) et la volonté de limiter les risques financiers (pour 29 %). « La franchise est une voie de reconversion professionnelle majeure, appuie Chantal Zimmer. 70 % des franchisés sont d’anciens salariés. »

Les ressorts de cette dynamique apparaissent clairement dans la série de portraits des pages suivantes. L’envie d’entreprendre, de changer de vie, de valoriser ses compétences, d’être libre de ses choix et de ses risques, de partager aussi. Car certains de ces entrepreneurs souhaitent accompagner leurs meilleurs collaborateurs vers la franchise, voire ont mis en place des systèmes de parrainage, à l’image de Bernard Joannin, qui a décidé d’ouvrir 20 % du capital de ses nouveaux magasins à ses directeurs. De quoi se lancer plus tard si l’affaire fonctionne. Motivant. Très motivant. 

 

Tous gagnés par la franchise : 10 portraits, chiffres clés 2017...
suivant
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA