Traçabilité : LSDH joue la simplicité avec Carrefour

|

Les Laiteries de Saint-Denis-de-l'Hôtel utilisent le système TraceOne afin de tracer leurs produits pour Carrefour. Les partenaires s'échangent seulement les données essentielles.

Un message apparaît sur l'ordinateur de Véroni-que Poignard, la responsable qualité des Laiteries de Saint-Denis-de-l'Hôtel (LSDH). Il l'avertit que Sophie Mérimée, son homologue chez Carrefour, a modifié le cahier des charges du jus d'orange que l'enseigne s'apprête à lancer. Elle prend son téléphone et appelle son contact chez Carrefour. Après avoir discuté de la modification, elles signent électroniquement la nouvelle version du texte sur le site TraceOne. Au total, il aura fallu quelques minutes pour finaliser le cahier des charges - et trois jours pour en écrire les quarante pages. « La rédaction d'un tel document prenait trois semai-nes avant que nous ne passions sur TraceOne », se souvient Emmanuel Vasseneix, le PDG de LSDH.

Il y a quelques mois encore, LSDH devait rédiger le référentiel sous forme papier et l'envoyer à son client pour relecture. Chaque modification apportée par une des parties provoquait un nouveau va-et-vient. « L'outil accélère les fréquentes remises à jour, comme le changement d'une matière première ou la modification de la recette », se réjouit Sophie Mérimée.

La mise en service de TraceOne a aussi été l'occasion de rationaliser les documents. « En accord avec Carrefour, nous avons divisé par trois ou quatre la quantité des cahiers des charges, pour un nombre de produits inchangé », se félicite Véronique Poignard. LSDH et Carrefour ont demandé un développement spécifique à l'éditeur de la solution. Une arborescence permet désormais de gérer les déclinaisons d'un produit (1 l, 50 cl...) dans un seul document.

Un réel souci d'efficacité

Le pragmatisme inspire aussi les utilisateurs de TraceOne au service logistique. La deuxième man-che de la traçabilité se joue dans le bureau de Philippe Serain, le responsable ECR de l'entreprise. Depuis son ordinateur, il envoie au distributeur les dossiers de lots contenant les données indispensables pour localiser les produits dans le cas d'un rappel. Ces dossiers incluent aussi les informations qualité afférentes, transmi-ses par le laboratoire. La sobriété préside à ces échanges de données. Pour le jus de pomme, par exemple, seuls trois critères sont envoyés à Carrefour : le degré Brix, qui mesure le taux de sucre (une obligation réglementaire), l'origine des fruits, enfin le résultat du test de stérilisation, qui constitue la donnée sanitaire vitale.

Pour plus d'ergonomie, ces informations sont données sous une forme rapidement intelligible. Philippe Serain se contente de cocher le « oui » dans la grille de synthèse envoyée à son client pour l'assurer que le jus de pomme a passé avec succès les tests de stérilisation. Un autre « oui » confir-me que le degré Brix est bien supérieur au seuil réglementaire. « Nous ne remontons pas à Carrefour le détail des tests bactériologi-ques, seulement leur verdict. L'enseigne veut avoir la garantie que son produit est sain », explique Emmanuel Vasseneix. Pour d'au-tres produits, comme le jus d'orange, LSDH remontera deux ou trois indications supplémentaires (présence de pulpe, vitamine C...).

Cette économie d'informations évite de faire perdre du temps à l'industriel. Car le renseignement des dossiers de lots pour la partie qualité passe toujours par la saisie manuelle des données. La tâche peut être automatisée à condition de connecter l'informatique du laboratoire d'analyses à TraceOne. Mais cela impose un nouvel investissement, que LSDH n'a pas encore consenti.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1892

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message