Travail de nuit: Monoprix se pourvoit en cassation

LÉGISLATION - LOIS La Cour d'appel de Versailles a confirmé, le 3 avril, l'arrêt du tribunal de grande instance de Nanterre qui avait invalidé en février 2012 un accord sur le travail de nuit au sein de l'enseigne Monoprix, selon la CGT.

Le nouveau logo groupe de Monoprix.
Le nouveau logo groupe de Monoprix.© DR

"La cour d'appel vient de confirmer la validité de l'opposition de la CGT à l'accord instaurant le travail de nuit dans l'entreprise en vigueur depuis 2006", a déclaré Karl Ghazi, secrétaire général de la CGT commerce de Paris. La direction de Monoprix "prend acte de l'arrêt de la cour d'appel" et annonce sa décision "de se pourvoir en cassation".

Dans un jugement rendu le 3 février 2012, le TGI de Nanterre avait invalidé l'accord signé en 2006 par deux syndicats. Cet accord "avait subi une opposition majoritaire de la CGT (51% des voix aux dernières élections professionnelles), qui le rendait caduc. Monoprix a décidé de passer outre et a volontairement violé la loi", a expliqué le syndicaliste.

Selon la direction de l'enseigne, , "la remise en question de l'ouverture des magasins après 21 heures fragilise l'équilibre économique de Monoprix et met en danger l'emploi" Elle a ajouté qu'aujourd'hui "1.500 salariés" sont concernés par ces horaires.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter