Travail le dimanche : Après le "non" des salariés du BHV , l’accord de branche pour les grands magasins est-il compromis ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La consultation des salariés du BHV pour la mise en application du travail dominical s’est soldée par un refus. L’établissement ne sera donc pas ouvert les dimanches. La finalisation de l’accord de branche pour les grands magasins vient d’être repoussée. L’issue semble aujourd’hui incertaine.

Le BHV ne sera ouvert le dimanche; l'accord de branche dans les grands magasins semble compromis.
Le BHV ne sera ouvert le dimanche; l'accord de branche dans les grands magasins semble compromis.© BHV

Le grand magasin de la rue Rivoli restera donc portes closes le dimanche. Les salariés du BHV, qui ont été sondés vendredi 20 novembre et ce week-end, se sont prononcés contre l’accord à une courte majorité : 640 employés l’ont refusé contre 627 qui se sont déclaré en faveur de cette mesure. Ce vote conditionnait la mise en application de la loi Macron qui permet aux grands magasins d’ouvrir tous les dimanches. « C’est un signe négatif», admet Claude Boulle, président exécutif de l'Union du grand commerce de centre-Ville (UCV). L’accord de branche des grands magasins n’a pas été signé et vient d'étre repoussé, le vote des salariés en compromet aujourd’hui l’issue.

Majoration dégressive

Dans le détail, l'accord proposé aux salariés du BHV prévoyait une majoration dégressive des dimanches travaillés : 100% de majoration du salaire du premier au 5e dimanche avec repos compensateur en plus, toujours une majoration de 100% du 6e au 15e dimanche mais sans repos compensateur cette fois-ci, et 50% de majoration pour le reste des dimanches, sans repos compensateur. Il prévoyait aussi un plafond de 15 dimanches travaillés par an pour les salariés en CDI et l'embauche d'équipes dédiées de fin de semaine.

« Le BHV, le seul où l’accord était possible »

« Le BHV, c’était le magasin où le texte avait le plus chance de passer », assure Céline Carlen, secrétaire générale de l’US- CGT. Ce magasin, qui appartient au groupe des Galeries Lafayette, est celui où le personnel des concessions est le moins important ; il représente entre 40 % et 50 % des effectifs présents en magasins. Or, ces salariés ne sont pas concernés par l'ensemble compensations présentées par la direction du magasin. 

Selon Céline Carlen (CGT), les négociations pour le travail dominical n’auraient pas commencé dans les autres grands magasins du groupe (Galeries Lafayette, Le bon marché, La grande epicerie…), le BHV devait servir d’exemple. Contactée par nos soins, la direction n'a, à ce jour, pas précisé si elle comptait proposer de nouvelles mesures aux salariés pour pouvoir ouvrir le dimanche.

L'UCV devait proposer mardi 24 novembre 2015, lors d'une sixième séance, le texte final de l'accord de branche. "Nous proposerons une version clarifiée entre le 10 et le 15 décembre", assure Claude Boulle (UCV). Pas sûr qu'il aboutisse...

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA