Tribune libre: l'agent de télésurveillance peut-il appeler la Police en cas d'alerte ?

|

Kiwatch, un spécialiste des solutions de surveillance accessibles au grand-public et aux professionnels, dénonce les pratiques mensongères des sociétés de télésurveillance qui ne communiquent pas en toute transparence sur les modalités d'intervention en cas de vol.  L'agent de télésurveillance peut-il appeler la Police en cas d'alerte ? "Aussi surprenant que cela puisse paraitre, la réponse est Non !" explique Cédric Williamson, PDG de Kiwatch

Voici la Tribune libre de Cédric Williamson, PDG de Kiwatch

Tous les grands acteurs nationaux de la surveillance (Securitas , EPS,...) proclament clairement qu'ils sont en droit d'appeler la Police en cas d'effraction à un domicile. Ce qu'ils oublient de dire, c'est qu'ils ne peuvent pas l'appeler au moment de l'alerte mais uniquement, et dans tous les cas, seulement après avoir constaté les dégâts.

En tenant compte des temps de vérification (alerte justifiée ou intempestive), des temps de trajet des agents, il peut donc se dérouler entre 20 et 40 minutes minimum entre l'alerte et l'intervention réelle des agents. L'appel aux services de Police ne peut se faire qu'après ces vérifications. Un délai d'attente qui laisse énormément de temps et de tranquillité aux cambrioleurs.Résultat pour le client = aucune protection réelle !

 

Pourquoi les services de télésurveillance ne réagissent-ils pas immédiatement ?

Une première raison d'ordre technique

1 alerte seulement sur 400 est justifiée. Dans la grande majorité des cas, les alertes sont dues à des oublis (alarme non désactivée, animal laissé seul dans la maison, etc.) ou à des problèmes matériels (coupure électrique, défaut d'installation, etc.). De ce fait, le télé-surveilleur ne peut pas prévenir la Police à chaque fois qu'une alarme se déclenche.

Une deuxième raison d'ordre légal

Pour se prémunir, la Police prévoit donc de verbaliser le télé-surveilleur en cas d'appel intempestif afin d'éviter les engorgements et les déplacements inutiles. Seuls certains établissements sensibles et spécifiques (comme les banques) échappent à cette règle.

Une troisième raison et un paradoxe économique

Les télé-surveilleurs n'ont aucun intérêt économique, à appeler la Police. En effet, les services de télésurveillance facturent toute intervention chez le client (entre 70 et 100 €TTC par déplacement). Si la Police intervient à leur place, sans visite de leur part, c'est une prestation qu'ils ne peuvent facturer au client et donc une perte de chiffre d'affaires.


 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations