Troc.com démultiplie ses occasions d'achat-vente

|

L'enseigne enrichit son métier de dépôt-vente de biens d'équipement d'occasion entre particuliers. Avec la vente de biens neufs et récents issus de professionnels ou l'achat-vente en cash. Le magasin pilote est en cours d'essai sur le site d'Avignon.

Troc.com se positionne sur des agglomérations de 60 000 à 80 000 habitants. La réorganisation des magasins doit permettre au groupe de gagner 2 à 3 % de marge sur les ventes.
Troc.com se positionne sur des agglomérations de 60 000 à 80 000 habitants. La réorganisation des magasins doit permettre au groupe de gagner 2 à 3 % de marge sur les ventes. © PHOTOS DR

Qui n'est jamais entré dans un magasin de la chaîne troc.com n'y verra peut-être qu'un immense bric-à-brac. Mais le visiteur plus régulier notera, lui, une différence. Le groupe de dépôt-vente de biens d'occasion décuple son offre pour conserver son leadership européen. Parce qu'il était le plus à même de convaincre de la pertinence de cette nouvelle stratégie un réseau principalement construit sous sa houlette, le fondateur, Jean-Pierre Boudier, 73 ans, est sorti de sa retraite, six ans après son départ ! Découverte sur le magasin pilote d'Avignon, où l'histoire du groupe a commencé en 1990.

Dès l'entrée, un panneau Troc Affaires attire le regard. Il valorise la vente de biens neufs, issus de fins de série d'usines ou de liquidations. Une pratique inhabituelle jusqu'alors, clairement affichée désormais par Jean-Pierre Boudier : « Nous avons créé une centrale d'achats en vue de diversifier nos sources d'approvisionnement. Ce complément d'assortiment est proposé 50% moins cher, tout en apportant à des professionnels une solution d'écoulement de leurs invendus. »

 

Cuisines en kit neuves

 

L'idée se décline sur la literie, l'électroménager, mais surtout sur les cuisines. Troc.com a aménagé un rayon spécialisé comme chez n'importe quel cuisiniste. L'ensemble est vendu en kit, à prix cassé. Le PDG annonce un pic exceptionnel de 700 unités vendues en deux mois, tout en visant à l'avenir un chiffre plus raisonnable de 2 000 par an. L'enseigne procédera de même sur les salles de bains. Parallèlement, elle propose pour la première fois du mobilier et de l'électroménager récent d'occasion, acquis auprès de groupes hôteliers, de centres de vacances qui renouvellent leurs hébergements. « Nous avons récupéré l'intérieur de 800 appartements, dispatchés sur la chaîne. Cette offre se renforcera cette année », précise le père fondateur.

La surface de vente est restructurée par univers : « petit marché » (bibelots, vaisselle...), puériculture, bricolage, high-tech. Certains bénéficieront d'un conseiller dédié. Dans les biens culturels, une vraie bibliothèque est mise en scène, avec fauteuils, présentoirs pour « beaux livres » ou BD. Côté achats aux particuliers, on trouve à proximité un rayon DVD, CD, jeux vidéo... réglés cash par le magasin. « La formule de dépôt-vente ne convient pas aux jeunes, d'où notre adaptation. Nous espérons engranger sur ces produits 80 000 € de chiffre d'affaires annuel moyen, contre 10 000 à 15 000 € actuellement. » Ce modèle de cash-back sera renforcé sur l'enseigne La Trocante, récemment intégrée au groupe.

 

Augmenter le trafic web

 

Dernière révolution : le site internet www.troc.com. Jusqu'alors, il ne vendait que des marchandises déjà en magasins, afin de créer du trafic dans le réseau et ne pas le concurrencer. Sa notoriété en a souffert. Aujourd'hui, il propose un espace « petites annonces gratuites ». Les particuliers peuvent traiter entre eux, sans passer par la case magasin ! « Si au bout d'un mois, le bien n'a pas trouvé preneur, nous prolongeons sa vente en dépôt-vente. Nos concurrents ne possèdent pas un tel atout pour des canapés, des tables... qu'un acheteur apprécie de voir, de toucher, avant de se décider », renchérit le président de troc.com qui espère ainsi passer de 700 000 à 2 millions de visiteurs uniques mensuels sur ce site. Depuis la mise en oeuvre du concept, en février, le magasin pilote d'Avignon connaîtrait une croissance à deux chiffres. Marseille, Nîmes, Perpignan... s'y plieront bientôt. Le réseau, filiales et franchisés, s'adaptera progressivement.

Les plus

  • Un assortiment plus varié.
  • L'attrait de marchandises neuves à prix attractifs.
  • Des univers « cuisine » et « livres-CD-DVD » très réussis.

Les moins

  • Des espaces parfois surexploités.
  • Une circulation difficile dans les univers meubles ou vaisselle-décoration

LES CHIFFRES

  • 1 400 m² : La surface du magasin d'Avignon
  • 50% : La part de l'assortiment en ameublement d'occasion- literie neuve, 25% en cuisine, salle de bains, électroménager (neufs) 25% en culture, high-tech, décoration, puériculture et bricolage
  • 137 : Le nombre de magasins en France et 43 en Europe (Belgique, Suisse, Espagne, Luxembourg, Allemagne)

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2178

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message