Trois carcasses de cheval envoyées en France empoisonnées phénylbutazone

|

Trois carcasses de cheval provenant d'abattoirs britanniques et contenant des traces de phénylbutazone, un antidouleur potentiellement nocif, ont été envoyées en France, a indiqué le ministre britannique de l'Agriculture David Heath.

phénylbutazone

Il a précisé que des traces de ce produit avaient été détectées dans huit carcasses testées au Royaume-Uni et que trois d'entre elles étaient entrées dans la chaîne alimentaire en France.

Pas de lien avec l'affaire Findus

En revanche, cet antidouleur n'a pas été détecté dans les produits de la marque Findus, testés au Royaume-Uni.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message