Trois idées de start-up dans le e-commerce

|

LSA a repéré trois start-up "made in USA"  qui pourraient aisément être dupliquées en France.

Idée Recherche et développement
Idée Recherche et développement©-HP_Photo-Fotolia.com

Comment innover dans le e-commerce alors qu’on a l’impression que tout a été fait et que l’offre est pléthorique? Et pourtant c’est encore possible. De nombreuses petites sociétés innovantes défrichent encore des territoires en se posant une simple question: "qu’est-ce qui peut encore être amélioré?" Et lorsqu’on se met dans la peau du consommateur, on s’aperçoit que de nombreuses choses peuvent encore l’être. Et c’est aux Etats-Unis, où la maturité du e-commerce est la plus grande, qu’on l’on trouve les sociétés les plus innovantes en la matière. Des exemples qui peuvent tout à être reproductibles en France, ce que ne manqueront pas de faire quelques malins. Voici donc trois start-ups à fort potentiel repérées par LSA.

Lollipuff: Ventes de produits de luxe d’occasion authentifiés

Le luxe est sans doute un des secteurs qui progressent le plus dans le e-commerce. Sa croissance en France en 2012 est estimé à 25% par le cabinet Enora consulting pour atteindre 4,5 milliards d’euros. Mais c’est sur le site de C to C que se fait une grande partie du business. Achat/revente de sacs Vuitton, chaussures Louboutin, carrés Hermès... Avec toujours le doute sur l’authenticité des produits.

C’est là qu’intervient le site américain Lollipuff. Créé par une jeune passionnée de mode Fei Deyle, le site est une plateforme de vente de produits de luxe d’occasion. Une sorte de eBay 5 étoiles. Sauf qu’à la différence du géant du C to C, Lollipuff assure ses acheteurs que les produits vendus sur son site ne sont pas des contrefaçons. Comment? Le site emploie des spécialistes des produits de luxe et possède des documents permettant de connaitre tous les détails sur les produits de luxe. Ainsi le site exige des photos de certaines parties spécifiques du produit lui permettant d’authentifier le produit à distance.

Pour l’heure le site ne propose que quatre marques: les sacs Chanel, les chaussures Louboutin, les robes Hervé Léger et les produits Balenciaga. Mais compte bien continuer à accroitre son expertise pour faire "entrer" de nouvelles marques.

Zady: Vente de produits "équitables"

La consommation de masse, le "made in China", les produits standardisés... Voilà le triptyque à éviter pour une frange de consommateurs. Des consommateurs dont le nombre devient de moins en moins négligeable. Car si la consommation "équitable" rimait naguère avec flute de paon, bonnet péruvien et alters militants voilà un petit moment déjà qu’elle a investit de nouveaux territoires. D’abord celui du sport avec la marque franco-brésilienne de chaussures branchée Veja ou encore le fait maison et l’artisanat chic avec un site comme Etsy. Le site Zady qui devrait se lancer dans les prochains veut lui jouer la carte de la transparence pour ses produits design et artisanaux dégottés au quatre coins du monde. L’idée des deux co-fondatrices new-yorkaises Maxine Bédat et Soraya Darabi est de mettre en scène le produit (du textile à la déco en passant par les accessoires) en racontant d’où vient le produit, qui l’a conçu, où l’a-t-on fabriqué, quels sont les matériaux utilisés... A chaque fois avec des logos qui indiquent ces informations. Le site a obtenu 40 labels et déjà levé 1,35 million de dollars. Un concept à suivre.

Republic Spaces: marketplace pour marques en quête de pop-up stores

Les pop-up stores ou magasin éphémères en français ont la cote. Très prisés par les grandes marques désireuses de créer un événement à l’occasion par exemple d’un lancement de produit, les pop-up stores séduisent aussi de plus en plus les petites marques qui n’ont pas les moyens de se payer un pas de porte. Seule solution pour ses marques: louer une partie d’un magasin pour y exposer ses créations. La difficulté est bien sûr de trouver des commerçants qui veulent bien louer une partie de leur surface. C’est là qu’intervient Republic Spaces. Le site américain propose de mettre en relation des marques qui souhaitent ouvrir un magasin éphémère et des commerçants qui souhaiteraient louer une partie de leur point de vente à cet effet. Le principe est simple: le commerçant poste sur le site une annonce pour louer une partie de la surface de son magasin avec une photo, la fréquentation moyenne et le tarif. La marque intéressée prend alors contact avec lui pour conclure l’affaire. Les magasins sont évidemment classé par ville mais aussi par style: mode femme, équipement de la maison, déco, accessoire, vintage... afin de mieux cibler sa clientèle potentielle. Encore une fois une idée simple qui pourrait rencontrer un franc succès.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message