Trois innovations repérées au Cegid Innovation Store

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le magasin laboratoire de l’éditeur lyonnais s’est offert un lifting digital. Pour cette troisième édition, Cegid présente des nouvelles solutions pour digitaliser ses vitrines ou les cabines ou encore améliorer l’efficacité des équipes par exemple avec une meilleure vision des indicateurs clés, bientôt "triable" avec du vocal.

Cegid s’est entouré de 25 partenaires pour  cette troisième édition du Cegid Innovation Store  tels que Aures, Adyen, Epson, Fréquentiel, HP, Microsoft, Nedap, Stackr, Valtech et Zebra.
Cegid s’est entouré de 25 partenaires pour cette troisième édition du Cegid Innovation Store tels que Aures, Adyen, Epson, Fréquentiel, HP, Microsoft, Nedap, Stackr, Valtech et Zebra.© Nicolas Rodet

Après quelques mois de travaux, Cegid vient d’inaugurer la troisième édition de son Innovation Store. Le lieu sert d’espaces de démonstration pour les produits de l’éditeur (Clienteling, Cataloging, Shopping et depuis cette année Inventory tracking – plus de détails ici) mais fait aussi la part belle à d’autres innovations que l’équipe de Nathalie Echinard, directrice de l’activité retail, juge prometteuse.

Le thème commun de ce terrain de jeu digital ? « Acquérir de nouveaux clients tout en fidélisant ceux qui ont déjà acheté et sans oublier de tenir compte de la productivité des équipes et de dégager des marges, résume la dirigeante.  Et tout cela passe par un CRM et une vision des stocks qui doivent être omnicanaux avec une disponibilité en temps réel des informations grâce au cloud. »

Intuiface digitalise les vitrines avec un QR Code

De nombreux essais ont déjà été menés pour digitaliser les vitrines des magasins en ajoutant une dimension tactile. Sans vrai succès, estime Florian Peyruseigt, responsable de l’innovation store, avec en prime de grosses traces de doigt sur la vitrine. Peu flatteur pour l’image de la boutique. Intuiface tient compte de cette problématique et il utilise un écran classique en façade mais passe par un QR code pour que le client récupére le contenu sur son smartphone. Pas d’application à télécharger, on est sur une web app.

« L’usage du mobile du client permet plus de discrétion pour choisir son produit et les marques peuvent retrouver l’interaction réalisée pour les clients encartés, commente le responsable. L’écran permet de pousser du contenu media mais avec un cas d’usage différent pour attirer le client puisque la boutique est fermée. En revanche, l’idée ne consiste pas à pousser le catalogue complet mais une sélection de produits.»

Qlik mixe la data selon les besoins des clients et pense au vocal

Si le sujet n’est pas nouveau, le retail effleure à peine l’usage qu’il est possible de faire avec les données. L’arrivée de l’internet des objets pour surveiller les points de vente va permettre aux enseignes d’optimiser la gestion des magasins. Mais au-delà de la collecte des informations, c’est le tri de cette matière qui devient un enjeu clé. Qlik travaille sur le sujet et a étoffé les capacités de son outil pour proposer davantage d’intelligence en intégrant notamment les scénarios omnicanaux et devient responsive pour un usage en mobilité.

La solution peut également adapter les rapports selon les besoins des équipes. En effet, un directeur de magasin ne regarde par les mêmes indicateurs que le directeur supply chain ou encore le marketing. Enfin, Qlik travaille sur l’interrogation du système en langage naturel, où la voix viendrait remplacer le clic pour par exemple sortir rapidement des indicateurs précis.

Fitizzy, la cabine qui doit limiter les retours

Dans le secteur du textile, il peut y avoir la double peine en terme d'attente : en cabine pour l’essayage et en caisse pour le paiement. Fitizzy s'attaque au premier cas.

La start-up a déjà fait ses armes en ligne pour aider les e-commerçants a diminué les retours produits en guidant les internautes dans le choix des tailles et des formes en fonction de leur morphologie. Désormais, la jeune pousse veut venir dans le monde physique qui concentre encore la majorité des achats. Elle met donc à profit son assistant shopping avant l’espace dédié cabines. L’objectif consiste à rassurer les clients qui hésitent sur un modèle sans avoir l’envie ou le temps de l’essayer. Les images permettent d’analyser la morphologie des clients.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA