Un comité central d'entreprise décisif le 1er février chez Saturn

|
Logo Saturn
Logo Saturn©

Direction et partenaires sociaux s'affronteront demain 1er février lors d'un comité central d'entreprise pour négocier le contenu du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en cours, depuis le rachat des 35 magasins Saturn par Boulanger le 1er juilet dernier. Les 150 suppressions de postes évoquées en décembre dernier deviendraient 415...ou presque. "Nous avons eu une réunion de CCE le 26 janvier et c'est maintenant 415 suppressions de poste qui sont en jeu, raconte Christophe Bérille, délégué syndical central CFDT, première organisation représentée chez les salariés, avec 29% des voix. De nombreux métiers ont été identifiés comme sans correspondance ou en surrefectif dans l'organisation Boulanger. Cela dit, le PSE prévoit tout de même 377 créations de postes pour le reclassement interne, mais de nombreux salariés n'acceptent pas ces conditions de reclassement car elles ne sont pas en adéquation avec leurs qualifications". Toujours selon la CFDT, de nombreux vendeurs n'accepteraient pas la baisse de rémunération qu'ils subiraient et qui peut atteindre 30% suivant les cas. La bataille porte aussi sur les montants d'indemnisation : 1,2 mois de salaire par année d'ancienneté pour les personnes dont le poste est supprimé ou en sureffectif et seulement 0,2 mois pour les vendeurs intégrés au PSE. Les syndicats, eux exigent les mêmes conditions du PSE pour tout le monde. La direction aurait refusé en bloc ces revendications. Les 2000 salariés de Saturn devraient être fixés d'ici deux jours.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter