Un CTO qui surfe sur la vague techno

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dossier Très courant dans l’univers des télécoms, du digital ou des start-up, le poste de chief technology officer, CTO, gagne le monde de l’assurance. À la Maif, Guillaume Rincé, 41 ans, endosse cette responsabilité.

Guillaume Rincé, CTO Maif
Guillaume Rincé, CTO Maif

Dans le domaine des technologies, il y a beaucoup de vagues. Il faut être un bon surfeur pour être capable de les anticiper, plutôt que de les rattraper sur la fin », résume Guillaume Rincé. Équipé de sa tablette qui ne le quitte jamais, le quadragénaire baigne dans les eaux de l’assurance depuis qu’il a pris, en octobre 2017, les fonctions de chief technology officer (CTO) au sein de la Maif.

Ce poste vient « compléter le modèle traditionnel de la direction des systèmes d’information », précise-t-il, mais surtout il met les technologies (intelligence artificielle, objets connectés…) au cœur de la stratégie du groupe. Ainsi, Guillaume Rincé doit « s’assurer que l’ensemble des choix technologiques sont les bons par rapport aux services à réaliser ». Pour y parvenir, il s’est vu confier deux missions. La première consiste à « accompagner les métiers et les équipes dans le contexte de la transformation digitale », c’est-à-dire traduire l’ambition de la Maif et le basculement de la relation client vers l’omnicanal. L’enjeu est donc de réinventer cette relation en intégrant les innovations, tout en renforçant la confiance historique qui les lie à leurs sociétaires, et aussi de se diversifier afin de faire face à la concurrence et à l’évolution du marché. Sa seconde mission est de rendre attractif l’assureur mutualiste aux yeux des talents à venir. Des partenariats sont établis, notamment avec les start-up, et le CTO se déplace en France et à l’étranger afin d’appréhender les dernières tendances. « Il n’y a pas de journée type. Chacune est aussi riche en échanges et rencontres », décrit-il. Ses fonctions le conduisent, en effet, à coopérer avec le système d’information qu’il doit transformer en plate-forme, mais également avec ses collègues du développement et de l’expertise, du digital, de l’innovation, du marketing et du fonds d’investissement, Maif Avenir.

Nécessaire diversification

Il est donc préférable de se sentir à l’aise avec le travail en équipe dans ce métier dont la rémunération avoisine celle d’un patron du marketing ou du business. Avoir de la curiosité, une capacité d’analyse et une affinité évidente pour les technologies est aussi apprécié. Guillaume Rincé ajoute trois qualités : l’anticipation, l’écoute et le leadership. Il compte une cinquantaine de collaborateurs sous sa responsabilité. Lui qui n’avait pourtant jamais exercé dans l’assurance. Diplômé de l’École polytechnique, de l’Ensta et de Stanford, cet ingénieur a commencé sa carrière comme responsable de la sécurité internet chez Easynet avant de rejoindre la banque en ligne Egg Banking Plc, puis les télécoms chez TDF. Aujourd’hui, il ne regrette pas sa nouvelle orientation. « Il y a énormément de choses à explorer, notamment dans l’intelligence artificielle », se réjouit-il, en soulignant son sentiment d’écrire une nouvelle page à un moment charnière de l’histoire de la Maif où la technologie est un outil essentiel du plan stratégique.

Les missions : Traduire la stratégie d’un groupe en solutions technologiques et accompagner les métiers et les équipes dans la transformation digitale.

Le profil : Pas de formation type mais aimer les technologies, être capable d’analyse, avoir le sens de l’écoute et de l’anticipation.

2021 : L’horizon que Guillaume Rancé s’est fixé pour transformer le système d’information en une plate-forme digitale permettant une interaction ouverte avec les sociétaires, les clients et aussi avec l’ensemble des partenaires.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2551

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA