Un fleuron Leclerc dans l'escarcelle d'Auchan

Une brèche dans le système Leclerc : un centre commercial passe sous enseigne Auchan. Avec cet hypermarché de 6000 m2 en bonne santé financière, le distributeur nordiste prend pied à Beauvais et se renforce dans l'Oise.

C'est le genre de trophée de chasse que l'on exhibe volontiers. Le groupe Auchan ne s'en est pas privé. Il s'est fendu d'un communiqué pour annoncer la prise de contrôle de ce fleuron local du mouvement Leclerc. Fait rare depuis que le mouvement d'indépendants s'est doté d'un système de verrouillage qui assure quasiment la transmission des magasins d'un adhérent à l'autre (sauf à payer un droit de sortie). Un pacte de préférence a été introduit dans les contrats d'adhésion en 1994, peu après les démêlés judiciaires avec le « dissident » Jacques Abihssira. Le groupe Mulliez aurait payé le prix fort pour enlever le morceau. D'autant que ce magasin (créé en 1977 par Daniel Lassereaux, 61 ans), à cinq minutes du centre-ville de Beauvais, est adossé à une galerie marchande d'une dizaine de boutiques, et affichait une bonne santé financière. En 1999, il a réalisé 531 millions de francs de chiffre d'affaires (80,9 MEUR), pour un résultat courant de 20,6 millions de francs (3,14 MEUR), et 8,5 millions de francs de résultat net (1,3 MEUR).

Avec cet hyper - son 117e hyper en France et son 221e dans le monde - Auchan devient la première enseigne intégrée à disposer d'une très grande surface à Beauvais. Dans l'agglomération, la concurrence sur ce créneau se jouait, jusqu'ici, entre indépendants : Leclerc d'un côté, Intermarché de l'autre. Auchan accroît du même coup son avance sur Carrefour qui ne compte qu'une implantation dans l'Oise, contre 4 pour l'enseigne du groupe Mulliez, désormais.

Réouverture le 8 décembre

À peine l'encre du contrat a-t-elle séché que l'enseigne nordiste a fermé l'hypermarché et dépêché sur place une « task force » chargée de le mettre à ses normes. Lors de la réouverture, les marques propres Leclerc auront été évincées, mais, indique l'enseigne, « la répartition entre alimentaire et non-alimentaire, proche de notre standard, sera maintenue ». La direction d'Auchan a également rassuré les 250 salariés en place : «Tous les emplois seront préservés et le statut Auchan sera vite appliqué.»

Côté salariés, le changement est plutôt bien accueilli : le régime que leur accorde le nordiste, qui inclut l'actionnariat en sus de la participation et de l'intéressement, est plus avantageux. Du moins, pour le plus grand nombre.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1702

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous