UN FOYER TRÈS HIGH-TECH

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Convergence vers le numérique, développement rapide de l'internet haut débit, émergence des réseaux domestiques... Les innovations se succèdent à un rythme élevé. Et elles sont d'autant mieux accueillies qu'elles reflètent l'évolution des modes de consommation.

Les industriels (et les distributeurs) de l'électronique grand public ont bien de la chance. Il y a à peine trois ou quatre ans, ils évoluaient sur des marchés tous très proches de la saturation et pauvres en innovations. Aujour-d'hui, grâce à la fameuse convergence vers le numérique et au développement rapide de l'internet haut débit, ils exploitent pleinement des technologies, des innovations qui se succèdent et se renforcent mutuellement. Première illustration du phénomène, la percée de l'informatique grand public a préparé le succès de la photo numérique. Laquelle favorise à son tour la montée en gamme du marché des micro-ordinateurs vers des machines de plus en plus rapides et dotées d'importantes capacités de stockage. Autre exemple, le baladeur MP3. Il doit sa naissance à l'informatique et son succès à l'internet haut débit, qui permet de télécharger très vite les fichiers audio. Devenu standard incontournable, il contribue à son tour à dynamiser l'ensemble des lignes de produits de l'électronique de loisirs : ordinateurs, lecteurs de DVD, systèmes home cinéma...

Mais le plus important réside certainement dans le fait que ce dynamisme né de la technologie est parfaitement cohérent avec l'évolution des attentes des consommateurs. « Tout ce qui contribue à l'amélioration du foyer et à l'épanouissement de la famille est a priori bien accueilli. La tendance actuelle concilie l'aspiration au confort et une volonté d'ouverture sur le monde », expliquait l'an dernier Pascal Roussarie, responsable de l'observateur Cetelem, lors de la publication de la 15e édition de l'enquête. C'est dans ce contexte très favorable que la convergence numérique est intervenue pour aboutir à une offre complètement renouvelée, mais surtout en parfaite correspondance avec les aspirations du moment.

L'ÉCRAN PLAT POUR UN CONFORT REVENDIQUÉ

C'est sans doute le succès des écrans plats qui illustre le mieux le phénomène. À l'heure du « nesting », la télévision, reine incontestée du loisir et de la détente « en famille », se devait de s'inscrire dans les valeurs du moment. Les écrans plats ont transformé un objet vieillissant en élément signifiant d'un confort revendiqué. Restait aux industriels à accompagner le mouvement. Ils l'ont fait par la baisse des prix. Un téléviseur à écran LCD 15 pouces est à moins de 500 E ; les plasma de grande marque et de grande taille s'affichent au-dessus de 8 000 E...

Le renouvellement de l'intégralité du parc est donc en cours. Et il devrait être d'autant plus rapide que de puissants relais de croissance se profilent. Du côté des contenus, la diffusion des bouquets satellites via l'ADSL permet déjà aux exclus du câble et du satellite d'accéder aux offres TPS et Canal + numérique. Dès l'an prochain, la naissance annoncée de la télévision numérique terrestre (TNT) devrait également dynamiser le marché. Enfin, l'arrivée puis la généralisation des programmes diffusés en haute définition permettront aux pos-sesseurs de grands écrans plats de profiter pleinement de leur acquisition.

Des relais de croissance « par les programmes » qui n'empêchent pas les industriels de travailler à l'évolution technologique des écrans pour proposer très vite de nouvelles « valeurs ajoutées ». Dès le début de 2005, Toshiba devrait lancer la technologie SED (pour Surface-conductor Electro emetter Display), qui promet une qualité d'affichage jamais atteinte pour un encombrement et une consommation électrique réduits. Déjà, la Fnac organise des démonstrations pour vanter les mérites de la TVHD (télévision haute définition), mais aussi ceux de la télévision en trois dimensions. Également dans les cartons, des technologies dites « organiques » (écrans Oled). Sans parler des écrans souples sur lesquels Philips travaille...

PLÉTHORE D'INNOVATIONS

Autant d'innovations annoncées qui entrent déjà en synergie avec celles des « périphériques » du téléviseur. Exemple avec le DVD de demain, qui sera lui aussi « haute définition ». Aux normes Blu Ray (soutenue par Sharp, Sony et Philips) ou DVD Haute Définition (soutenue par NEC et Toshiba). La seconde, bien qu'encore inexploitable par les lecteurs et télévisions actuelles, est déjà une réalité en France et aux États-Unis par l'intermédiaire de quelques titres. « Taxi 3 » version DVD HD est ainsi disponible depuis mai dernier. En ce qui concerne la première, Sharp vient d'annoncer le prochain lancement, d'abord au Japon, d'un nouvel enregistreur de DVD à la norme Blu Ray. Bistandard (pour pouvoir exploiter la production actuelle), il devrait être équipé d'un disque dur de 160 Go, capable d'enregistrer dix-neuf heures de programmes en haute définition, pour les redistribuer, via le réseau domestique - technologie WiFi ou courant porteur - vers les terminaux multimédias du foyer. La télévision du salon, le PC, le baladeur multimédia...

Reste que les principaux terminaux multimédias du foyer (la télévision, le PC, la console de jeu...) devront encore évoluer. Notamment pour bien gérer, « nesting » oblige, une consommation audiovisuelle de plus en plus individualisée : vidéo à la demande, abonnement à des services de diffusion en ligne... Les industriels de l'électronique grand public ont encore du pain sur la planche.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1885

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA