Un Français sur deux envisage d’acheter un objet connecté [Infographie]

|

Les objets connectés sont en plein essor et l’offre des constructeurs se fait de plus en plus dense. Ce marché semble désormais séduire les Français, selon un sondage de l’Observatoire 2015 des Objets Connectés de l’Ifop, qui révèle qu’une personne interrogée sur deux envisage d’acheter un objet connecté dans les six prochains mois.

Bracelet connecté Nymi
Bracelet connecté Nymi© Nymi

Le marché des objets connectés ne cesse de s’enrichir selon un rythme effréné de nouveautés et d’avancées technologiques. Alors qu’experts et observateurs peinent à fournir des indicateurs précis en termes de ventes et de parts de marché, l’Observatoire 2015 des Objets Connectés de l’Ifop révèle que la demande est bien présente. Parmi les chiffres publiés le 6 octobre 2016, l’étude met en avant le fait qu’un Français sur deux interrogé envisage d’acheter un objet connecté dans les six prochains mois. "On note une réelle demande, pas de l’objet en soi, mais des services qu’il peut apporter, précise Raphaël Berger, Directeur du Département Média & Numérique chez Ifop. Dans le domaine de la smarthome (ou maison connectée), les Français n’attendent pas à proprement parler un compteur ou un thermostat connecté en soi, mais mieux contrôler leur chauffage pour diminuer leur facture de gaz ou d’électricité, et ça, c’est une véritable demande". Ce chiffre progresse à 58 % aux États-Unis et à 79% en Corée du Sud. Par ailleurs, 96% des Français déclarent en avoir déjà entendu parler et 66% pourraient décrire précisément ce qu’est un objet connecté.

Un marché en construction

Si les connaissances du grand public sur ces objets s’améliorent considérablement, ils n’en sont pas pour autant installés durablement dans le quotidien des Français. Ainsi, 8% des personnes sondées sont équipées en domotique, 5% par des objets connectés relatifs à la santé et au bien-être et 4% dans le domaine de l’électroménager. "Les objets connectés, comme très souvent les objets technologiques, sont des innovations de rupture. Le marché est donc plus un marché de l’offre que de la demande ; ainsi, les personnes qui ne sont pas intéressées par les objets connectés expriment d’abord un manque d’intérêt pour les produits, qui ne répondent pas à un besoin immédiat, poursuit Raphaël Berger. C’est un problème de communication : ce n’est pas l’objet en soi qui est intéressant, mais le service qu’il propose, et cela prend du temps de l’expliquer. Il y a donc pour l’instant une offre plus importante que la demande, mais c’est transitoire. C’est un marché en construction, avec des essais, des débuts de réussite, et des échecs aussi".

L'infographie complète "Objets connectés : révolution du quotidien ?"

*Echantillon de 2036 personnes issues d’échantillons représentatifs de la population nationale âgée de 15 à 64 ans en France, aux Etats-Unis et en Corée du Sud. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas. Les interviews ont eu lieu par Internet du 16 au 30 juin 2015.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message