Un geste original en guise de protestation de la part des salariés de Casino

|

Depuis hier, certains salariés du groupe Casino expriment leur mécontentement en reversant leur prime d’intéressement pour 2013 jugée dérisoire à une association caritative 42 sourires d’enfants.

Les salariés dénoncent le niveau extrêmement bas des primes d'intéressement au titre de l'année 2013.
Les salariés dénoncent le niveau extrêmement bas des primes d'intéressement au titre de l'année 2013.© © MATHIEU Geoffroy

Plusieurs centaines de salariés ont déposé dans une urne devant le siège social à Saint-Etienne les quelques euros auxquels ils ont eu droit. 8,24 euros pour Frédérique Augis, par exemple, représentante de la CFDT. "Les salariés de Casino ne demandent pas l’aumône, mais une reconnaissance de leur travail et de leur implication". Et d’ajouter: "Voici une dizaine d'années, l'intéressement et la participation cumulés constituaient l'équivalent d'un 14ème mois. Aujourd'hui cela représente 200 euros, alors que le chiffre d'affaires, les bénéfices et les dividendes du groupe ne cessent d'augmenter".

Elle déplore que "les aides de l'Etat, telles que le crédit d'impôt compétitivité sur la réduction des charges salariales, servent surtout à financer la politique de baisse des prix dans les magasins". Ces représentants des salariés dénoncent l'accord sur le calcul de leur intéressement pour les trois prochaines années, signé en 2013 par FO et la CFE-CGC, qui, selon eux, prévoit qu'il soit "calculé sur les résultats des sociétés historiques, les moins rentables du groupe".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message