Un globe-trotter aux rênes d'Inditex

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pablo Isla, un Madrilène de 47 ans, succède à Amancio Ortega à la présidence d'Inditex. Le résultat de ses succès à l'international.

Pablo Isla

La rédaction vous conseille

Il passe six mois par an à visiter les 5 000 magasins d'Inditex dans 77 pays, mais ne rate jamais l'ouverture des soldes à La Corogne, au siège du groupe. Entré dans celui-ci en 2005 comme directeur général, il a doublé le nombre de points de vente et augmenté son bénéfice de 47%.

Affable, presque timide, fuyant les apparitions, ce père de trois enfants a aussi implanté le géant espagnol en Chine en 2006 (déjà 110 unités) ou mis Zara sur la Toile en 2010. Compte tenu du jeune âge de la fille d'Amancio Ortega, Marta, 27 ans, tout le désignait comme le successeur idéal. D'autant que, réputé pour sa rigueur, son sens de l'analyse et son leadership, il a toujours été considéré comme un prodige.

Les analystes soulignent son intelligence, sa curiosité et son adaptabilité. Connaisseur de Shakespeare, passionné de cinéma et de littérature contemporaine, c'est un juriste (université Complutense de Madrid) au curriculum atypique. De l'ancien ministère des Transports, aux Nations unies en passant par la direction juridique du Banco Popular ou à la coprésidence de la compagnie de tabac Altadis, il sait se mouvoir dans des sphères très diverses et a contribué à « désenclaver » Inditex de La Corogne.

 

Un travail titanesque en perspective

La tâche qui l'attend est titanesque. Avec 4 000 magasins en Europe et 1 000 dans le reste du monde, le groupe se développe au rythme de 400 à 600 ouvertures par an. Pablo Isla devra donc résoudre la question des relais logistiques en Asie, voire en Amérique, et inventer une structure qui permette le maintien, à une échelle mondiale, de la sacro-sainte réactivité maison.

En dates

  • 1964 : Naissance à Madrid
  • 1987 : Diplômé en droit de l'Universidad Complutense de Madrid
  • 1989 : Entre au service juridique du ministère des Transports
  • 1991 : Délégué aux Nations Unies pour l'unification du droit commercial international
  • 1992 : Est nommé directeur juridique du Banco Popular et participe à ce titre à la privatisation de Tabacalera
  • 2000 : Accède à la coprésidense d'Altadis, le joint-venture entre Tabacalera et la Seita
  • 2005 : Devient directeur général, puis vice-président d'Inditex, en remplacement de José Maria Castellano

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2166

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA