Un homme de l'industrie à la tête de Monoprix

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

CHARLES BOUAZIZ quitte PepsiCo pour devenir le directeur général exécutif de Monoprix. Encore un transfert de l'agroalimentaire vers le commerce.

1985 Diplômé de l'Essec 1985-87 Commercial chez Michelin Canada 1987-91 Chef de produits puis chef de marques chez Procter et Gamble 1991-96 Directeur du marketing chez PepsiCo France 1996-2006 Directeur général de PepsiCo France 2006-10 Directeur Europe de l'Ouest de PepsiCo 31 mars 2010 Directeur général exécutif de Monoprix

Que les actionnaires aillent chercher les dirigeants des enseignes chez les industriels est en passe de devenir une tendance. Comme Lars Olofsson qui, avant de diriger Carrefour, avait passé toute sa carrière chez Nestlé. C'est maintenant le tour de Charles Bouaziz, 47 ans et depuis près de vingt ans chez PepsiCo, de rejoindre Monoprix en tant que directeur général exécutif.

Son profil est bien différent de celui de son prédécesseur, l'Espagnol Bernardo Sanchez Incera, au parcours plus bancaire (Crédit lyonnais, Société générale) et commerce (Zara), tandis que Charles Bouaziz est un homme de marketing et de vente. À sa sortie de l'Essec, il passe deux ans à vendre des pneus Michelin au Canada, puis revient en France chez Procter & Gamble, où il bichonne des marques comme Camay, Hego, Ariel ou Vizir. « Des années constructives », dit-il dans une interview ancienne. Il se lance un vrai défi quand il entre chez PepsiCo France en 1991, alors une toute petite filiale du géant américain. Il en prend la direction générale en 1996, puis, dix ans plus tard, la direction de l'Europe de l'Ouest. Son rôle de lobbyiste en 1998 pour mettre en échec la reprise d'Orangina - qui distribuait Pepsi et 7-Up dans le hors-domicile - par Coca-Cola, finalement stoppée par le ministre des Finances de l'époque, Dominique Strauss-Kahn, le fait remarquer de Purchase, le siège américain de PepsiCo.

Très apprécié de ses équipes, Charles Bouaziz arrivera fin mars chez Monoprix. La filiale à 50/50 de Casino et de Galeries Lafayette s'est modernisée. Elle a aussi su se décliner en Daily Monop' et autres Monop. Si elle est sur de bons rails, elle doit toutefois lutter contre la volatilité des clients qui trouvent parfois Monoprix un peu cher.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2126

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA