Marchés

Un immeuble effondré au Bangladesh révèle à nouveau la main d’œuvre "à bas coût" de marques textiles

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Un immeuble effondré au Bangladesh met plusieurs marques de textiles dans l’embarras, car plusieurs vêtements et documents les associant à la main d’œuvre peu cher de cet immeuble, ont été retrouvés. Primark et Mango sont directement concernées, tandis que Benetton, C&A, Carrefour, Cato ou Walmart démentent avoir des relations avec ce fournisseur.

Bangladesh primark

Après l’effondrement d’un immeuble au Bangladesh, le Rana Plaza, contenant des ateliers de confections de vêtements et qui a fait 350 morts, plusieurs vêtements et documents ont été retrouvés. Si certaines marques nient avoir recours à la main d’œuvre peu cher de ce pays, d’autres confirment.

Des marques qui prennent la parole

Tex, la marque de vêtements du groupe Carrefour a annoncé qu’ "aucune des entreprises qui étaient en activité dans cet immeuble ne fait partie de notre liste de fournisseurs au Bangladesh". Le Français Benetton a également nié toute implication, déclarant que "les gens concernés dans l'effondrement de l'atelier au Bangladesh n'étaient pas des fournisseurs de Benetton". C&A a pour sa part déclaré ne plus avoir de lien avec un des fabricants du Rana Plaza depuis fin 2011.

La marque espagnole Mango confirme quant à elle avoir des ateliers de confections dans cet immeuble, tout comme le britannique Primark actuellement visé par des manifestations à Londres (Cf. photo). Selon le groupe de défense des ouvriers du textile, Clean Clothes Campaign, les marques Bon Marche, Corte Ingles et Joe Fresh auraient également confirmé être liées à l’immeuble.

 

Deuxième exportateur mondial de textile derrière la Chine, ce secteur au Bangladesh pèse 16 milliards d’euros, selon le Bureau des exportations. Cet incident relance la question de la responsabilité des marques textiles, qui font appel à une main d’œuvre très avantageuse (environ 30 euros par mois pour un employé au Bangladesh), sans forcément se préoccuper de la sécurité des salariés ou des locaux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA