Un master de référence pour le frais à Boulogne

|

CAS PRATIQUELe master IUP sur la qualité des procédés agroalimentaires et halieutiques (QPAH) basé à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), met au coeur de sa formation les produits de la mer, proposés ailleurs en simple option. Un atout pour ses élèves.

formation_lsa_2022


Un campus avec vue sur le port de Boulogne-sur-Mer ! Le master parcours IUP en qualité des procédés agroalimentaires et halieutiques, rattaché à l'université de Boulogne, est un cursus de trois ans, dont plus de quinze mois en entreprises (stages ouvrier, technicien, cadre moyen).

Le programme de formation a été établi en collaboration avec des industriels de la filière halieutique et avec le pôle de compétitivité des produits de la mer. «L'aventure a débuté en 1993, raconte Thierry Grard, responsable de la formation. Au départ, il s'agissait d'une formation ne dépassant pas le niveau bac+4. En septembre 2006, nous avons obtenu la qualification master [bac+5, NDLR], avec la constitution d'une troisième année, élaborée en partenariat avec quatre autres universités du Nord-Pas-de-Calais.» Cette dernière année est ouverte à la formation initiale comme pour adultes.

Des professionnels très présents

«Pour les adultes qui travaillent, les cours orientés sur la qualité, la sécurité alimentaire et la R&D se déroulent du mercredi midi au samedi matin. Ils peuvent être au travail en début de semaine. Pour les étudiants en formation initiale, nous proposons des cours destinés à les sensibiliser aux problématiques de la création d'entreprise», explique Thierry Grard. La demande est venue des industriels de la région, très impliqués dans la formation. Ils sont 43 à y intervenir, contre 21 universitaires et 17 vacataires.

«Les professionnels peuvent être des chefs d'entreprise, des gens de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer, de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, des services vétérinaires ou du Centre d'expérimentation et de valorisation des produits de la mer», précise le responsable.

«Cela donne un côté concret, ce qui est séduisant», estime Arnaud Vlérick, ancien élève recruté par le grossiste Pomona. Sans compter que l'on peut vraiment discuter avec eux.» Certains élèves, devenus professionnels, viennent dispenser leurs savoirs, telle Caroline Cormier, agréeur chez Système U.

Ouvert aux biologistes et aux scientifiques, le master présente trois principaux débouchés: responsable qualité dans les industries agroalimentaires; responsable de production; ingénieur en recherche et développement.

Sa spécificité produits halieutiques est un plus.«Nos études de cas portent sur la filière marée, mais la formation est d'autant plus ouverte que les produits de la mer comptent parmi les plus fragiles au niveau sanitaire. Les maîtriser implique d'être particulièrement vigilant», évoque Thierry Grard.

Résultat, l'école reçoit plus d'offres de stages ou d'emplois qu'il n'a d'étudiants. À peine diplômé, Arnaud Vlérick était contacté par un chasseur de têtes, dont il a refusé la proposition, car il s'était déjà engagé. En moyenne, la moitié des élèves choisissent des métiers ayant trait à laqualité, un tiers à la production, et 10% à la R&D.

Céline Astruc

 

« Un côté très humain » Arnaud Vlérick, promotion 2006, 24 ans, actuellement au service qualité de Pomona, embauché en CDI comme jeune à potentiel, un vivier où le grossiste recrute des futurs directeurs de succursale

«Quand je suis entré à l'IUP, la formation s'arrêtait au niveau bac + 4. J'ai tout de suite trouvé un travail chez Carrefour comme manager de rayon pour les produits frais et ultrafrais. J'ai interrompu mon CDI, pour reprendre le master en dernière année, avec d'autant plus d'envie qu'il y a six mois de stage à effectuer, et que je voulais ajouter des cordes à mon arc. La spécificité halieutique est un énorme plus, les produits de lamer sont si sensibles que cela rassure dans le secteur agroalimentaire. Ce qui m'a le plus plu, c'est l'aspect humain de la formation, les contacts poussés avec des professionnels, et sa polyvalence.»


 

Le master IUP en qualité des procédés agroalimentaires et halieutiques

> Accès
Librement pour un cursus de trois ans, pour les titulaires d'un bac + 2 biologie; sur dossier pour des entrées en deuxième ou en dernière année de formation.

> Formation
En L3: 600 heures + stage (deux mois et demi); en M1: 645 heures + stage (cinq mois); en M2: 515 heures + stage (six mois)

> Cours

Gestion des ressources halieutiques, biochimie alimentaire, gestion de la qualité, traçabilité, logistique et gestion d'entreprise

> Débouchés
Responsable de la qualité dans l'alimentaire; responsable de production; ingénieur en recherche et développement
 


 

Quelques anciens

Yannick Allouchery (2002), responsable de la production, Pickenpack Gelmer; Bertrand Boulai (2005) responsable de la qualité, lDC; Caroline Cormier (2001) agréeur marée, système U; Loïc vérel (2002) responsable de la qualité frais et surgelés, Carrefour; Caroline Becuve (2000) ingénieur R&D, McCain Alimentaire.
 



Cet article est paru dans notre édition magazine du 29 novembre 2007 n°2022. Un numéro que vous pouvez commander en ligne.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message