Un monde sans marques, c’est possible ?

Partager
Un monde sans marques, c’est possible ?
Selon Irina Tshelnakova, du cabinet ViaVoice, les Français aimeraient toujours les marques, surtout dans le multimédia.

Le boycott des marques, bientôt une réalité ? Pas sûr. Plus informés, plus éduqués, plus critiques, les consommateurs ont, en tout cas, un jugement de plus en plus sévère vis-à-vis d’elles. « Ils savent déjouer les pièges du marketing, ils en ­comprennent les rouages et slaloment avec adresse entre toutes les stratégies commerciales. Et jubilent en sanctionnant les marques par leur portefeuille », analyse Irina Tshelnakova, directrice du pôle activation marketing du cabinet d’études et de conseil ViaVoice, auteur d’une étude baptisée « Les Français aiment-ils encore les marques ? » Mais de là à opter pour un rejet total, on en est encore loin. Selon l’étude, seulement 26% des Français se disent prêts – par nécessité ou par choix – à renoncer globalement aux marques. Et encore, cela varie considérablement d’un secteur à l’autre. Ainsi, l’ameublement ressort comme celui pour lequel l’attachement est le moins fort (79% déclarent pouvoir renoncer aux marques pour ces articles), suivi par les produits ménagers (77%), les vêtements et accessoires et le bricolage-jardinage. À l’inverse, le multimédia, avec 58% des sondés accros aux grandes griffes, l’électroménager et l’hygiène-beauté (53% chacun) conservent une forte culture de marques.

« Le risque de ne plus plaire »

Tout n’est donc pas totalement perdu. Reste néanmoins aux entreprises à s’adapter. « Face à ces nouveaux comportements, les marques se sentent souvent désœuvrées, elles n’osent plus prendre de risques et optent de plus en plus pour des discours consensuels. Mais à vouloir plaire à tout le monde, on prend le risque de ne plus plaire à personne », analyse Irina Tshelnakova, qui a établi une liste de conditions à remplir pour retrouver ou conserver l’amour des consommateurs. Parmi lesquelles : apporter une valeur ajoutée réelle ; développer la dimension de service ; se révéler créatif, tout en étant cohérent et honnête avec son positionnement de marque ; adopter un ton juste ; choisir le bon moment pour solliciter les consommateurs… « Ce qui ne passe plus, c’est la tricherie. Quand le marketing ne reste que du marketing, le consommateur se sent trahi et ne pardonne pas », conclut Irina Tshelnakova. À bon entendeur…

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

HAMMERWERK ERFT

Agent commercial sur le Nord-Ouest de la France (F/H/X) pour des produits forgés

HAMMERWERK ERFT - 30/11/2022 - CDI - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ESSENTIEL & DOMICILE

ESSENTIEL & DOMICILE

Une autre vision des services à la personne

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS