Un nouveau patron pour un nouveau Walmart

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Plus jeune patron de Walmart depuis le départ de son fondateur, Doug McMillon aura besoin de toute son énergie pour réveiller un colosse essoufflé.

Doug McMillon
Doug McMillon© Walmart

SES DÉFIS

Après des années de stagnation des ventes à surface comparable aux États-Unis, Walmart doit renouer avec la croissance. En Chine, il doit impérativement rattraper son retard sur Carrefour et Tesco. Face à la concurrence d'Amazon, il déploie de gros moyens pour revenir dans la course de l'e-commerce. Toujours plus complexe, plus grand, Walmart doit trouver une organisation pour rester agile et performant.

David Glass, Harold Lee Scott, Mike Duke. Inconnus du grand public et d'une bonne part des spécialistes de la distribution, ces trois noms pesaient lourd, très lourd. En février 2014, Doug McMillon viendra enrichir cette liste très fermée des successeurs de Sam Walton à la direction de Walmart, numéro un mondial de la distribution, avec 344 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2012, quelque part entre le PIB de l'Autriche et celui de l'Argentine.

344 MILLIARDS D'EUROS

Le chiffre d'affaires en 2012

  • 22,3 Mrd € Le revenu opérationnel en 2012, soit autant que le chiffre d'affaires de Système U
  • 10 700 magasins dans 27 pays
  • 60% du chiffre d'affaires réalisé aux États-Unis (Walmart et Sam's Club)

Source : Walmart, exercice clos le 31 janvier 2013

Cinq ans après la nomination de son mentor au poste de PDG, McMillon accède donc au siège suprême. Le 25 novembre, le départ de Mike Duke, 63 ans, a été annoncé de manière inattendue, pour des raisons « personnelles ». Des raisons qui pourraient aussi être liées au passage à vide aux États-Unis, où les ventes à surfaces comparables ont été négatives en 2009, 2010, et sur les neuf premiers mois de 2013. À l'international, si les ventes ont augmenté de 7,4% l'an dernier, c'est moins que par le passé, où la croissance était à deux chiffres. Enfin, ces raisons ont sans doute aussi à voir avec un cours de Bourse qui n'a augmenté « que » de 69% en cinq ans. Insuffisant pour les héritiers Walton, principaux actionnaires, alors que l'indice Standard et Poor's 500 a doublé sur la période...

 

Penser le long terme

En revanche, le choix de Doug McMillon n'a pas surpris les connaisseurs. À 47 ans, le directeur des opérations internationales a déjà vingt-trois ans de maison. Après avoir commencé comme stagiaire d'été dans un entrepôt à 18 ans, il décroche son premier poste au magasin de Tulsa (Oklahoma), en 1990, où il passe un MBA en finance. Mieux, il est né dans l'État d'origine du géant américain, l'Arkansas, à 400 km à l'est du premier magasin Walmart. Il sera vraisemblablement le dernier PDG du groupe à avoir connu le règne de Sam Walton, décédé en 1992. « C'est le plus jeune à prendre la direction depuis le fondateur ; cela donne une opportunité de penser à plus long terme », estime Neil Stern, associés du cabinet de conseil McMillan Doolittle, spécialiste de la distribution aux États-Unis.

 

Un problème de... taille

Cette légitimité sans faille sera précieuse vu les chantiers qui l'attendent. « Le vrai challenge de ce groupe, c'est sa taille, analise Alexandre Cassas, de Cassas et Associés. Avec un chiffre d'affaires de 460 milliards de dollars, dont l'essentiel sur le continent nord-américain, la croissance de Walmart est de plus en plus liée à la macroéconomie du pays. Comment être plus performant ? Faut-il le diviser en plus petites unités ? Les rendre autonomes ? » Bien malin qui trouvera la réponse...

Dans l'immédiat, Doug McMillon devra s'attaquer aux dernières poches de croissance, les zones urbaines des côtes Est et Ouest. « C'est devenu très difficile d'ouvrir des grandes surfaces, comme en Europe », explique Neil Stern, de McMillan Doolittle. Il faut dire que chaque projet de magasin provoque un tollé ! À Washington, l'ouverture du premier Walmart de la capitale, qui devait être inauguré le 3 décembre, a mobilisé contre lui syndicats et associations de riverains. Quant au conseil municipal, il a tenté en vain de faire passer le salaire horaire minimum dans la grande distribution de 8,25 $ à 12,50 $. Walmart, qui estime le potentiel de la capitale à six points de vente, paie son image sociale déplorable, entre petits salaires, chasse aux syndicats et assurance-maladie a minima.

 

Faire face à Amazon

Il faut pourtant faire vite face à Amazon. L'e-commerçant cible en priorité ces grandes villes pour développer son service de livraison à domicile. Après San Francisco et Los Angeles, New York sera testé en 2014. Résultat, Walmart a annoncé jusqu'à 370 millions d'euros d'investissement dans l'e-commerce en 2014, avec deux nouveaux centres logistiques en Pennsylvanie et au Texas, l'extension de son service de livraison Walmart To Go aux États-Unis, et le test d'un équivalent en Chine. Walmart dispose en effet de moyens colossaux pour rattraper son retard. À San Francisco, il a même créé un « lab » qui agit comme un capital-risqueur en rachetant diverses sociétés de high-tech.

Auréolé du succès du rachat de Massmart en Afrique du Sud, en 2011, qui ouvre au distributeur le prometteur mais très complexe marché africain, Doug McMillon est aussi très attendu sur la Chine. « C'est son challenge numéro un, échouer en Chine n'est pas une option, assure Neil Stern, de McMillan Doolittle. Or, à ce stade, Walmart est l'acteur international du marché le moins performant derrière Carrefour et Tesco. »

CINQ PATRONS EN CINQUANTE-DEUX ANS

Sam Walton 1962 - 1988
LE FONDATEUR Visionnaire, manager hors pair et d'une avarice légendaire, Sam Walton est l'homme le plus riche des États-Unis de 1982 à 1988, selon Forbes. Il décède en 1992.

David Glass 1988 - 2000
LE CONQUÉRANT
En douze ans, il a littéralement décuplé Walmart, le faisant passer de 20 à 191 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Harold Lee Scott 2000 - 2009
L'HOMME DE L'INTERNATIONAL
Après une expérience ratée en Allemagne, dans les années 90, Walmart prend pied au Brésil, en Inde, en Angleterre... Les 100 milliards de dollars de chiffre d'affaires à l'étranger sont atteints en 2009.

Mike Duke 2009 - 2014
LE STABILISATEUR
Montée de l'e-commerce, crise de la consommation aux États-Unis... Mike Duke a eu la tâche ingrate de guider le paquebot dans la tempête.

Doug McMillon 2014
LE PUR PRODUIT MAISON
À 47 ans, il est le plus jeune PDG du groupe depuis Sam Walton. « De quoi lui laisser une dizaine d'années pour renouveler le groupe », estime un consultant. Pur produit maison, il a fait toute sa carrière chez Walmart. Né en en 1966 en Arkansas, quatre ans après le premier Walmart et 400 km plus à l'est, Doug McMillon a 18 ans quand il commence à y travailler comme stagiaire d'été. Il y obtient son premier job en 1990, à Tulsa, en même temps qu'il passe son MBA, et n'a plus quitté l'entreprise depuis.

UNE CRISE DE CROISSANCE ANNONCÉE

 

Croissance des ventes à surfaces comparables (%), moyenne sur douze mois Source : Walmart Inc. US

Le tassement de ses ventes à surfaces comparables aux États-Unis est visible depuis longtemps. Pour autant, Walmart est encore en quête du remède miracle...

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2300

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA