Un premier semestre 2015 difficile pour Auchan en France

|

Le groupe Auchan fait état d’un chiffre d’affaires global en progression, tiré par l’Asie. Mais il fait face à des difficultés en France, où les ventes HT ont reculé de 2,9%. L’accord signé l’an dernier avec Système U doit "ouvrir de nouvelles perspectives aux 2 partenaires".

Les performances du groupe Auchan au premier semestre s'avèrent très disparates, avec un recul de près de 3% en France, et une dynamique commerciale à la peine en Europe. Alors que l'Asie enregistre de belles progressions.
Les performances du groupe Auchan au premier semestre s'avèrent très disparates, avec un recul de près de 3% en France, et une dynamique commerciale à la peine en Europe. Alors que l'Asie enregistre de belles progressions.© DR

Le groupe Auchan vient d’annoncer, pour son premier semestre 2015, "des performances en croissance" et "une structure financière qui continue de s’améliorer". Mais à y regarder de plus près, les disparités géographiques sont énormes. Si le chiffre d’affaires HT consolidé a progressé de 3,4% à 26,9 milliards d’euros, la zone France (un peu plus d’un tiers de l’activité) rencontre de grandes difficultés. Les ventes hors taxes y ont reculé de 2,9%, avec une chute de 3,2% en hypermarchés et 2,7% en supermarchés. Auchan précise cependant que le taux de marge au augmenté sur la période.

Vianney Mulliez, président du Conseil d’administration, a commenté ces résultats : "En Europe occidentale, l’Espagne et le Portugal affichent une nette amélioration de leur performance. Les plans d’actions en France et en Italie ont permis un redressement de notre rentabilité, qui permettra la relance d’un commerce puissant et responsable, auquel contribuera, en France, l’Alliance avec Système U".

Groupe Auchan et Système U sont en effet entrés en négociations exclusives pour approfondir leur partenariat à l’achat, signé en 2014, et former une nouvelle Alliance. Celle-ci "ouvrira de nouvelles perspectives aux 2 partenaires, dont l’objectif est de devenir ensemble un acteur majeur du marché français de la GMS et de pérenniser ses 2 modèles originaux dans le paysage économique français. Le projet a été présenté aux partenaires sociaux des 2 entreprises et est maintenant en attente du retour des autorités de la concurrence compétentes" précise Auchan dans son communiqué.

Un chiffre d'affaires global sous enseignes de 31,6 milliards dans le monde (+3% TTC)

Sur la zone euro hors France, le chiffre d’affaires est en recul de 4,4%, avec un retour de la croissance en Espagne. En Europe centrale et de l’Est, le recul du chiffre d’affaires HT est de 6,4 % mais en hausse de 10,6 % à taux de change constant. En Asie, les ventes ont progressé de 28,6% (+7% à taux de change constant).

Parmi les données remarquables, on pourra noter que "la politique d’investissements volontariste" menée par le groupe n’est pas vraiment à l’œuvre en France, ou ces derniers ont chuté, passant de 206 à 132 millions d’euros sur le semestre. Rappelons qu'en France, l'activité du groupe Auchan porte sur les hypermarchés, les supermarchés, la proximité mais également AuchanDrive, Chronodrive, Alinéa, Little Extra et les sites Auchan.fr et Auchandirect.fr.

 

 

1 commentaire

DION

31/08/2015 12h59 - DION

La structuration du marché de la Grande Distribution Française est déjà faite, il ne reste que 7 distributeurs dont 6 majeurs, alors, c'est quoi la suite ? passer à 4 ! Première phase de l'opération de rapprochement: surtout que personne s"inquiète, tout va bien se passer, les discours sont élaborés pour rassurer, les distributeurs sont des experts en la matière. Les marchands de sable vont passer ... dormez bien. Deuxième phase: une nouvelle réalité commerciale immédiate, et son effet pervers en jeu de domino qui continuera à broyer de plus en plus fin, année après année ... la casse sociale va vite prendre le relais de ce beau projet, grâce aux destructions de valeurs des industriels (tous ceux qui ne sont pas des groupes puissants, c'est à dire la majorité) . Qu'on se rassure, les pertes d'emploi se feront qu'en France ! Comment les entreprises industrielles indépendantes et nos belles coopératives, pourront résister financièrement à la pression toujours plus insoutenable de ces "défenseurs du pouvoir d'achat", sachant que la marge des distributeurs restent incompressibles (il y a tellement de choses à financer pour eux, comme s'ils étaient seuls à gérer une entreprise). A croire que seule une poignée d'entreprise à le droit de vie ou de mort sur les autres. Mais le ver est déjà dans la pomme, les grandes manoeuvres sont au grand jour, Bercy à laisser la porte ouverte ... incroyable, tout le monde de vie pas à la même enseigne, désolé pour ce jeu de mot ! Oui il nous faut une Grande Distribution Française forte, elle l'est ! avec un poids à l'international qui montre et démontre le savoir-faire et la rentabilité exceptionnelle de ces quelques entreprises devenues multinationales pour certaines, et c'est très bien. Ces entreprises réussissent, et nous pouvons qu'applaudir. Les plus grosses fortunes de France sont les actionnaires de ces groupes, ce n'est pas un problème en soi. Restons sur un bilan très positif, celui d'aujourd'hui est formidable, nos entreprises Française de Distribution vont continuer à se développer en dehors de nos frontières, ils continuent à se moderniser et faire évoluer leur stratégie pour s'adapter aux besoins consommateurs (drive, vente internet ...). Les Autorités de la Concurrence vont prendre position d'ici peu. Je crois à l'intelligence et au bon sens de nos administrateurs d'état, savoir dire non est, on le sait dans certaine situation, un acte de courage et porteur de valeur.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter