Marchés

Un retour triomphal pour le foie gras

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le marché signe une saison festive 2014 exceptionnelle, malgré une morosité qui laissait craindre le pire. Les satisfactions pour la filière sont nombreuses : les marques sortent renforcées grâce aux produits premium, à l’offre économique et, chose nouvelle, aux conserves situées dans le rayon épicerie. Décryptage de ce succès.

Ils ont beau fanfaronner, c’est avant tout un grand ouf de soulagement que les acteurs du foie gras ont poussé quand les premiers chiffres sont sortis. Il faut dire que les deux saisons festives précédentes étaient à l’image du contexte économique, moroses. À l’occasion des fêtes de fin d’année 2014, les volumes commercialisés affichent un record : ils dépassent la barre des 4 000 tonnes, soit une progression en volume de 2,2%, contre - 0,1% en 2013 ! Une surprise ? Pas tant que ça. « Les neuf premiers mois de 2014 étaient très bien orientés. Cette fin d’année est donc une belle confirmation d’une tendance qui se profilait », analyse Jacques Trottier, directeur général de Labeyrie. Le Comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras (Cifog) confirme cet « excellent millésime 2014 » et augure déjà d’une bonne année 2015. Retour sur les enseignements à tirer de cette saison.

Jusqu’au dernier moment, les marques ont frémi… Le gros des volumes vendus a, en effet, débuté en semaine 50. « Jusqu’au 21 décembre, nous étions même en négatif par rapport à l’année précédente », souffle un industriel. À cela, plusieurs explications. Les jeudi 25 et mercredi 31 décembre ont permis aux clients de se ruer dans leur grande surface au dernier moment pour acheter leur produit fétiche. La grande distribution a aussi tardé à mettre en place des meubles et bacs consacrés au foie gras. « ­Certaines enseignes se sont retrouvées avec des stocks résiduels après les fêtes de 2013. Les chefs de rayon ont donc été frileux au début de la saison pour implanter les meubles dédiés au foie gras », relate Hugues Lamiraux, directeur commercial de Larnaudie. Résultat : des ruptures ont été constatées… même sur des produits pourtant mis en avant par l’enseigne sur ses prospectus !

Malgré ces sueurs froides, les consommateurs ont répondu présents dans ces linéaires éphémères… mais qu’ont-ils acheté ? Globalement, les tendances déjà constatées les années précédentes se creusent : « Le haut de gamme avec le foie gras entier se développe, de même que l’offre économique avec le bloc. L’effet sablier est encore plus marqué cette année », observe Dominique Duprat, directeur général adjoint de Delpeyrat. L’entier, plus cher à l’achat, constitue le premier segment du rayon frais, où sont réalisés près de 80 % des ventes. À noter aussi : « Les GMS ont eu tendance à privilégier des produits accessibles en prix, ce qui explique la bonne dynamique du bloc », complète Vincent Ghyselen, directeur grande consommation chez Montfort (Euralis).

La conserve, bonne élève

Le bloc s’illustre aussi au rayon épicerie, où il est le principal marché en volume. C’est justement à l’intérieur de ce marché que la saison 2014 se distingue. Ce rayon, qui explique environ 20% des ventes de foie gras, a été particulièrement dynamique, avec des hausses de 4,8% en volume sur la saison (pour 4,2% en valeur, pendant la période de P11 à P13 2014, d’après Iri).

Dans cette euphorie festive, quel acteur sort gagnant sur le foie gras ? Les marques affichent toutes des évolutions à la hausse, tant en volume qu’en valeur. Labeyrie reste leader et renforce même sa position. La raison, selon l’intéressé, tient au développement de son offre sur les produits dédiés à l’apéritif et au succès de sa toute nouvelle gamme, Qualité Traiteur. Mais l’acteur principal de ce secteur, ce sont les marques de distributeurs (MDD), qui captent toujours 25,7% de part de marché en valeur (et près de 33% en volume sur la saison). Cependant, preuve que le marché se valorise, celles-ci perdent du terrain au profit des marques nationales. La griffe palloise Monfort ainsi que Larnaudie sont d’ailleurs celles qui enregistrent les progressions les plus importantes, plus en volume qu’en valeur… La valse des promotions ? « Pas seulement », argumente Vincent Ghyselen, qui explique avoir trouvé « un meilleur équilibre » des achats, en vendant davantage de blocs. La marque Montfort a décliné cette année sa stratégie de définition des goûts du foie gras sur l’épicerie et sur les blocs, alors qu’elle était réservée à l’entier en 2013. Pour autant, si tous restent discrets sur cette activité, des offres agressives ont été constatées, avec des opérations jusqu’à - 80% dans certaines enseignes. Le talon d’Achille d’un marché ultrasaisonnier. 

Les tendances

  • Le contexte économique morose et les fêtes 2013 laissaient présagerune saison en demi-teinte.
  • Le produit enregistre des ventes record sur la saison festive avec plus de 4 000 t commercialisées.
  • Les marques sortent grandies de cette fin d’année, grâce à l’offre haut de gamme (l’entier)et économique (le bloc).
  • Le rayon épicerie a aussi participé au succèsde la période.

 

Labeyrie, numéro un

« Nous gagnons encore des parts de marché en 2014, tant en volume qu’en valeur, et nous confortons ainsi notre position de leader. Notre objectif reste inchangé : nous voulons devenirla première marque du marchédevant celles des distributeurs. »

Jacques Trottier, directeur général de Labeyrie

 

Larnaudie, la PLUS forte hausse

« Les ventes tardives s’expliquent par l’effet calendaire, mais aussi par la frilosité des distributeurs, qui s’étaient retrouvés début 2014 avec des stocks. Cela a provoqué des ruptures en rayons sur des produits pourtant présentés sur les prospectus ! »

Hugues Lamiraux, directeur commercial de Larnaudie

 

Les MDD perdent du terrain,mais restent premières

Si les marques de distributeurs restent le poids lourd de la catégorie, plusieurs marques s’illustrent avec de fortes progressions des volumes vendus, c’est notammentle cas de Larnaudie, suivie de Montfort.

 

Labeyrie conforte son leadership

Labeyrie, déjà leader sur le segment du foie gras, gagne encore des parts de marché cette saisonet talonne de plus en plus les MDD.

 

+ 2, 2%  L’évolution du marché en volume de P11 à P13 2014 vs même période un an plus tôt,à 4 018 tonnes

 

+ 2,6% L’évolutionen valeur, à 225,2 M €

Source : Iri, chiffresnon consolidés

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA