Une année de défi pour les insecticides ménagers

|

Moustiques tigres, frelons asiatiques, punaises new-yorkaises... Au-delà des aléas de la météo, qui a retardé le démarrage de la saison, le marché des insecticides ménagers conserve un beau potentiel. Reste à bien négocier la mise en place de la directive Biocides...

N'oublions pas les parasitesIl y a les insectes rampants, les volants, et il y a aussi les parasites. Fulgator propose un produit polyvalent qui élimine les puces, les acariens, les punaises, jusqu'au sarcopte de la gale, vecteur de la maladie du même nom... Action longue durée et matière active
N'oublions pas les parasitesIl y a les insectes rampants, les volants, et il y a aussi les parasites. Fulgator propose un produit polyvalent qui élimine les puces, les acariens, les punaises, jusqu'au sarcopte de la gale, vecteur de la maladie du même nom... Action longue durée et matière active © PHOTOS DR

Le phénomène est bien connu dans le petit monde des insecticides ménagers. Lorsque le printemps arrive, à force de scruter le ciel et le thermomètre, de nombreux professionnels souffrent de douleurs cervicales. Cette année ne fait pas exception à la règle, et affirme par ailleurs déjà sa spécificité. Le printemps s'est fait attendre. Conséquence, en GSA en tout cas, les implantations semblent avoir été retardées. Effectuées d'habitude en mars, elles ont été repoussées en avril, voire début mai dans certaines enseignes. « Cette année, le printemps a pris du retard, les insectes aussi, et les rayons dans la foulée... », explique un industriel implanté en GSA. Une catastrophe ? « Pas vraiment. Pas encore en tout cas, répond-il. On peut espérer un simple décalage. Même si le début du mois de juin est lui aussi décevant, il suffira de quelques jours ensoleillés pour voir se réveiller de nombreuses espèces. Et les populations pourront être d'autant plus nombreuses que 2011, toujours du fait des conditions météorologiques, a ménagé de très bonnes conditions de reproduction à la plupart des insectes. Tous les espoirs sont donc encore permis. »

 

La propagation des espèces, un relais de croissance

Ainsi, même tributaire d'une météo qui n'a donc pas été vraiment favorable ces derniers mois, le moral de beaucoup d'industriels reste malgré tout assez bien orienté. Tout simplement parce que, au global, les populations d'insectes sont de plus en plus nombreuses, mais aussi de plus en plus diverses. Le moustique tigre et le frelon asiatique, pour ne parler que des plus connus parmi les derniers arrivés, correspondent à autant de relais de croissance pour une catégorie qui peut compter sur le réchauffement climatique, mais aussi sur les déplacements humains pour favoriser la propagation et la prolifération des espèces.

 

Obtenir des homologations

S'il fallait rechercher des nuages menaçants dans le ciel des insecticides, c'est probablement du côté de Bruxelles qu'il faudrait regarder. De fait, la mise en oeuvre promise de Biocides promet quelques bouleversements. La directive communautaire, dont le calendrier de mise en oeuvre reste par ailleurs très flou, imposera en effet aux industriels un nouveau cadre de travail, constitué, pour l'essentiel, de deux obligations successives. La première : utiliser des principes actifs agréés (pour leur efficacité, leur faible impact sur l'environnement, sur la santé humaine...) ; la seconde : obtenir des homologations pour chacune des formulations intégrant un ou plusieurs de ces principes actifs. Homologations débouchant sur des autorisations de mise sur le marché (AMM).

Un cadre de travail qui suppose la capacité de fournir études, tests préalables... Évaluation du montant de la facture pour une AMM : entre 100 000 et 200 000 € selon les formulations. Si les grands industriels du secteur sont bien sûr parfaitement à même de supporter un tel surcoût, les choses s'annoncent beaucoup plus délicates pour les entreprises de moindre taille. « Investir 100 000 ou 200 000 € supplémentaires dans le développement d'un produit risque d'être difficilement supportable pour les petits acteurs du rayon. Une phase de concentration paraît inévitable », affirme un industriel. Bien sûr, les « petits » pourront toujours négocier la distribution de formules génériques, homologuées auprès des autorités européennes par d'autres acteurs, et commercialisées parallèlement par d'autres marques. Mais qu'apporteront-ils alors de vraiment différent au rayon ?

 

Restructuration et diversification

Un rayon qui, dans les GSA, n'a pas attendu la mise en oeuvre de Biocides pour se restructurer. L'an dernier, la reprise des activités insecticides de Sara Lee par SC Johnson a placé ce dernier groupe en position d'acteur dominant avec les marques Baygon, Raid et Pyrel. Seule la marque Catch a échappé au coup de filet. Elle est désormais propriété d'Eau écarlate (Eau écarlate, Vigor, Eparcyl...), qui a donc décidé de diversifier ses activités.

Du côté des circuits spécialisés, les GSB pour l'essentiel, les forces en présence apparaissent plus nombreuses avec, notamment, le groupe Brunel, qui revendique le leadership, suivi par la Compagnie générale des insecticides et Bayer. Des circuits spécialisés qui semblent avoir encore une fois fait preuve l'an dernier d'un réel dynamisme face aux GSA. Certes, ces dernières représentent encore plus de 60 % de la valeur du marché. Mais la proportion dépassait les 70 % il y a quatre ans. « Un progrès sans doute dû à un positionnement beaucoup plus qualitatif de l'offre, mais aussi peut-être à une meilleure mise en avant des gammes " vertes ", en progrès constant », affirme un industriel.

 

L’année de la guêpe?

 

 Parmi les dernières nouveautés Kapo, deux produits contre les nids de guêpes : Kapo vert foudroyant nids de guêpes, et Nids de guêpes et frelons, spécial accès difficiles, un aérosol muni d’un embout qui permet de répandre une mousse insecticide dans une fissure, une anfractuosité qui mène vers un nid inaccessible…

 

 

N’oublions pas les parasites

 

Il y a les insectes rampants, les volants, et il y a aussi les parasites. Fulgator propose un produit polyvalent qui élimine les puces, les acariens, les punaises, jusqu’au sarcopte de la gale, vecteur de la maladie du même nom… Action longue durée et matière active d’origine végétale (extraits de pyrèthre).

 

 

Mon jardin, ma maison

 

Absente des circuits alimentaires, la marque Bayer Jardin regroupe les produits pour le jardin, mais aussi pour la maison. Elle abrite même Natria, la gamme « verte » de l’industriel, née il y a trois ans, et qui intègre des matières actives d’origine naturelle. Parmi les produits phares, un fongicide préventif et un piège pour mites alimentaires.

 

 

+ 0,4%

La croissance du marché des insecticides ménagers en GSA et circuits spécialisés, à 112 M E, CAM à fin octobre 2011

Source : Nielsen ; origine : industriels

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2234

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message