Une belle année 2015 pour Unilever

|

RÉSULTAT Unilever a vu son chiffre d’affaires croître de 10% en 2015 (4,1% à données constantes) pour atteindre 53,3 milliards d’euros. De bons résultats principalement dû à l’entretien, aux cosmétiques et les rafraîchissements même si l’alimentaire renoue avec la croissance.

Paul Polman, CEO d'Unilever, est satisfait des résultats 2015 du groupe et reste prudent pour 2016.
Paul Polman, CEO d'Unilever, est satisfait des résultats 2015 du groupe et reste prudent pour 2016.© Unilever

"Malgré une année compliquée avec une économie mondiale au ralenti, l’intensification de l’instabilité géopolitique et la volatilité des monnaies et des matières premières, nous avons encore mieux performé que les marchés, tirés par nos innovations et soutenus par nos marques", a déclaré Paul Polman, Pdg d’Unilever lors de la présentation des résultats financiers préliminaires du groupe anglo-néerlandais. En 2015, Unilever a réalisé un chiffre d’affaires de 53,3 milliards d’euros, soit une croissance de 10% (4,1% à données constantes) par rapport à l’année précédente.

Bonnes performances pour l’entretien et les cosmétiques

A données constantes, ce sont les produits d’entretien qui présentent la plus belle progression. Leurs ventes ont augmenté de 5,9% pour atteindre 10,2 milliards de dollars. Plus grande division en termes de chiffre d’affaires (20,1 milliards d’euros), les cosmétiques réalisent aussi une très belle année avec une hausse de 4,1% toujours à données constantes. La division « rafraîchissements » (glaces, boissons rafraichissantes, thés) affiche aussi de bonnes performances : +5,4% pour un chiffre d’affaires de 10,1 milliards d’euros. L’alimentaire reste à la traîne mais a tout de même renoué avec la croissance. Avec 12,9 milliards d’euros de ventes, il termine l’année à +1,5%.

Les pays émergents, responsables de la croissance

Unilever fait la plus grande partie de son business dans les pays émergents : 30,8 milliards d’euros contre 22,5 milliards dans les pays développés. C’est d’ailleurs de ces zones géographiques que vient la croissance : +7,1% alors que les ventes dans les pays développés restent stables.

Prévisions 2016

Pour l’année à venir, Paul Polman reste très prudent : "nous nous préparons à des conditions de marché plus difficiles et à une forte volatilité, comme les événements des dernières semaines de par le monde l’ont montré." Au mieux, Unilever s’attend à une croissance entre 3 et 5%. "Nos priorités sont toujours des croissances supérieures à celles des marchés portées par les volumes, une robuste amélioration de la marge opérationnelle ajustée, et une forte génération de cash-flow", conclut Paul Polman. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message