Une centaine de salariés en grève dans un Leclerc

|

Faible hausse des salaires et temps partiel subi : la moitié des salariés d'un magasin de 7000 m² en Meurthe-et-Moselle se mobilisent depuis ce matin.

Cela se passe à Vandoeuvre, en Meurthe-et-Moselle. Depuis ce matin, cinq heures, une centaine de salariés, soit 50% des effectifs, bloquent l'entrée du magasin aux clients, en leur expliquant l'objet de leur colère. En cause, les propositions de la direction sur les salaires. +1,7%, c'est ce qu'a décidé "unilatéralement" la direction, selon le seul syndicat représenté dans l'entreprise à plus de 80%, à savoir FO. "C'est beaucoup moins que l'inflation constatée en août 2011, à + 2,2%", peste Yannick Porot, coordinateur national FO Leclerc, joint par LSA. C'est moins aussi que l'accord de branche sur les salaires signé par la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), à laquelle n'appartient pas Leclerc, qui avait fixé la barre entre +2,6% et + 3,6% selon les grades. Yannick Poirot dénonce aussi une dégradation des conditions de travail, "des caissières à qui on impose 30 heures de travail par semaine" à la "polyvalence". "Les caissières passent en rayon et vice-versa, un peu comme chez Lidl". Sans compter la remise fort généreuse sur le café : la direction du Leclerc aurait proposé selon le syndicat une ristourne de 3 centimes sur le gobelet de café !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message