Une savonnerie de "savon de Marseille" rachetée par un belge chinois

|

Mondialisation, mon amour! La compagnie des détergents et du savon de Marseille (CDSM), une des dernières savonneries survivantes à fabriquer du savon de Marseille traditionnel, va être reprise par des investisseurs belges et basés à Hong Kong.

Savon de Marseille

C’est ce qu’a indiqué son actuel PDG, Bernard Demeure. Aujourd’hui, quatre savonneries produisent du savon de Marseille traditionnel. Elles se sont regroupées au sein d’une fédération: l’Union des professionnels du savon de Marseille (USPM). Et ce, afin de contrecarrer la concurrence des producteurs étrangers estampillant leur produits "savon de Marseille". Ces quatre entreprises tentent d’obtenir une "indication géographique" afin de mieux protéger des copies.

Sur trois repreneurs prétendants, le tribunal de commerce de Marseille a accordé à ces investisseurs belges les commandes de la CSDM, placée en redressement judiciaire.

Objectif Asie

Les deux autres candidats étaient des russes et des marseillais. Pourquoi les belges ont gagné? Car "ils connaissent très bien le marché asiatique, où ils sont basés depuis 30 ans", a indiqué Bernard Demeure. L’objectif étant de valoriser l’image de Sud de la France, et notamment le made in France, très prisé dans cette région du monde.

En reprenant l’intégralité de la CDSM, les acquéreurs prennent également en main une activité de détergents. Tous les postes (24) devraient être conservés, et en fonction du développement futur, cela devrait même ouvrir des emplois.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message