Unilever se restructure encore et toujours

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Lundi 27 septembre, Unilever annonçait l'acquisition des shampoings Alberto Culver pour 3,7 milliards de dollars (2,7 Mrds €). Le lendemain, à l'occasion d'un comité d'entreprise, la direction de Fralib, filiale d'Unilever France, présentait son projet de fermeture du site de production de Gémenos (13). Si les deux annonces sont bien distinctes, elles illustrent la dualité d'un groupe qui poursuit en parallèle et son développement et sa restructuration. Actuellement, l'usine de Gémenos, qui emploie 182 personnes, est l'un des quatre sites de production des sachets de thé et tisanes à marques Lipton et Elephant. À terme, la production de Gémenos (1,4 milliard de sachets par an) pourrait être réalisée depuis l'usine de Bruxelles. « La situation s'est dégradée ces dernières années, maintenant, les coûts de production sont deux fois inférieurs à Bruxelles qu'à Gémenos », explique un porte-parole. En effet, depuis l'échec d'un projet de réorganisation pour Gémenos en 2004, l'usine a déjà subi un plan social et de nombreux mouvements de grève. Aujourd'hui, l'annonce de la fermeture est perçue par beaucoup de salariés comme une punition. Prochaine réunion du comité d'entreprise, le 21 octobre.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2152

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA