Uniqlo augmente ses prix au Japon, en pleine bataille contre la déflation

|

Uniqlo va prochainement augmenter ses prix au Japon, un coup de pouce symbolique aux efforts des autorités pour sortir le pays d'une déflation tenace.

Sur le papier, cette hausse des prix constitue une bonne nouvelle pour la bataille anti-déflation menée par les autorités
Sur le papier, cette hausse des prix constitue une bonne nouvelle pour la bataille anti-déflation menée par les autorités

Le quotidien Nikkei et l'agence de presse Kyodo ont rapporté que Fast Retailing, l'opérateur de la marque de vêtements à bas coût, allait augmenter d'environ 5% les prix de ses vêtements des collections automne et hiver qui vont sortir d'ici à la fin de l'année.

"Nous allons progressivement élever les prix à partir du mois de juillet", a confirmé mardi un porte-parole du groupe, Keiji Furukawa. Il n'a toutefois fourni aucune donnée chiffrée, évoquant "une grande variété d'augmentations en fonction des articles".

Sur le papier, cette hausse des prix constitue une bonne nouvelle pour la bataille anti-déflation menée par les autorités même si la décision de Fast Retailing est plus motivée par la baisse du yen qui élève ses coûts de fourniture à l'étranger que par une hausse de la demande au Japon.

Depuis son retour au pouvoir il y a 18 mois, le Premier ministre de droite Shinzo Abe a promis de mettre un terme à cette déflation qui sévit depuis une quinzaine d'années. Ce phénomène pernicieux de baisse généralisée des tarifs incite les consommateurs à repousser leurs achats dans l'espoir de prix toujours plus bas. Conséquence, les bénéfices des entreprises diminuent, ainsi que leur capacité à augmenter les salaires, poussant les commerces à réduire encore davantage leurs tarifs pour attirer le chaland. Au final, ce cercle vicieux enraye la machine économique.

Pour y mettre un terme, M. Abe a débloqué d'importants budgets publics de relance et poussé la Banque du Japon (BoJ) à injecter des masses de liquidité dans les circuits financiers. En espérant provoquer un choc psychologique salvateur chez les Japonais, il veut les pousser à consommer, ce qui tirerait les prix vers le haut, permettrait aux entreprises de générer davantage de bénéfices et donc d'augmenter les salaires, ce qui génèrerait une demande plus importante.

Pour que ce cercle vertueux soit complet, il faut néanmoins qu'il puisse s'auto-alimenter, c'est-à-dire que les prix soient dopés par l'accélération de la machine économique au Japon même. Or jusqu'à présent, le retour à une évolution positive des prix s'explique avant tout par des raisons externes: l'assouplissement monétaire de la BoJ a entraîné une forte dépréciation du yen, ce qui renchérit le coût des produits importés et les tarifs de l'électricité fabriquée à partir d'hydrocarbures étrangers.

En avril, les prix au détail ont augmenté d'environ 1,5% au Japon, hors effet d'une hausse de la taxe sur la consommation. La BoJ vise une inflation de 2%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter