Marchés

Valérie Pécresse s’oppose au bonus-malus sur l’électroménager

|

La ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse a marqué son opposition vendredi à la mise en place d'un bonus-malus sur les produits électroménagers, jugeant le dispositif "coûteux" et "complexe".

« Je n'y suis pas très favorable, a déclaré Valérie Pécresse sur BFMTV/RMC. Je suis assez réticente sur cette proposition parce que j'ai l'impression que ce serait coûteux et complexe ». En détaillant le possible dispositif, elle a expliqué que cela consistait à "faire payer davantage ceux qui achètent les produits électroménagers, 2% à peu près de hausse des coûts" pour financer un chèque vert pour les ménages les plus modestes en cas d'achat d'un appareil basse consommation. « Je pense que le dispositif est complexe, que les Français ne sauront pas que cela existe et donc on n'est pas sûr que le chèque soit dépensé », a-t-elle insisté. Jeudi, le quotidien le Parisien avait révélé que Nathalie Kosciusko-Morizet s'apprêtait à annoncer la mise en place de ce dispositif, qui aboutirait à une taxe sur les appareils d'électroménager de 0,02 euro par kilowatt-heure. Les sommes récoltées financeraient une vignette verte de 150 euros pour les ménages éligibles aux tarifs sociaux de gaz et de l'électricité en cas d'achat d'un réfrigérateur ou d'un congélateur de classe A+++ et A++.
 

1 commentaire

Ph. Moati

05/12/2011 18h59 - Ph. Moati

C'est bien dommage ! Voila pourtant qui était une bonne idée dans la perspective de rendre la qualité accessible aux foyers modestes.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message