Vente-Privée devra-t-il renoncer à son nom ?

Dans le combat que se livrent les sites de ventes évènementielles, Showroomprivé.com a réussi son coup contre Vente-Privée.com dépossédé de sa marque par la justice en première instance. De quoi provoquer l'ire de Jacques-Antoine Granjon (Venteprivée.com) sur lsa.fr qui a annoncé faire appel. Une colère à laquelle a répondu immédiatement Thierry Petit, PDG de son principal concurrent. Ca chauffe.

Jacques-Antoine Granjon
Jacques-Antoine Granjon© DR

Dans ce combat sans merci que se livrent les sites de ventes évènementielles, Vente-Privée fait, sans conteste, figure de Goliath. Leader incontesté et géant du secteur avec plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires (1,3 milliard en 2012), celui-ci a vu avec agacement son David, alias Showroomprivé (375 M€ de CA visé pour 2013), grossir au fil du temps en optant pour une stratégie différente, recentré sur la mode et l’international.

Attaqué il y a un an et demi par Vente-Privé, Showroomprivé a réagi sur le même terrain, celui de la justice en portant plainte contre son concurrent. Même pas peur ! Un sacré jet de pierre dans le front du géant puisque dans un jugement rendu le 28 novembre 2013,  le TGI de Paris a annulé la marque vente-privée.com. La justice s'est référé au code de propriété intellectuelle pour estimer que la marque Vente-privee.com, déposée en 2009 était dépourvue de caractère distinctif. Le juge a considéré que la "vente privée" constituait un "terme générique" pour désigner un type de vente événementielle destinée à un public de membres, et que ni l'ajout du ".com", ni la position de la société sur son marché n'étaient suffisants pour en faire une marque distinctive.

Une décision qui a rendu furieux Jacques-Antoine Granjon « Ce jugement est inique, nous a-t-il déclaré. Cela fait dix ans que Showroom privé nous copie. Il n’a rien trouvé d’autres pour nous attaquer. Quand on ne peut pas tuer le père on s’en prend à son nom! C’est  un  non-événement car cela ne changera rien. Nous garderons notre nom de domaine ».

Thierry Petit, Pdg de Showroomprivé.com, régissant à ces propos, toujours sur lsa.fr, ne cache pas sa satisfaction. « Lorsque nous avons commencé à prendre du poids il y a un an et demi, Jacques-Antoine Granjon a mené des actions pour annuler notre marque. Il a cherché à nous faire disparaitre. C’est en réaction que nous avons mené cette action en justice, face à un concurrent qui ne supporte pas qu’on lui fasse de l’ombre. Nous sommes ravis de cette décision de justice. Vente-Privé est surpuissant et beaucoup d’acteurs n’osent pas s’attaquer à ce mythe mais on ne peut pas tout laisser faire. Nous sommes dans un Etat de droit et il y a des règles à respecter. On ne peut pas s’approprier un nom. La concurrence est salvatrice. Nous sommes légitimes sur ce marché des ventes privées qui existait avant l’arrivée de Jacques-Antoine Granjon et que nous pratiquions déjà dans notre boutique physique ».

Vente-Privee.com a fait appel. Car si le coup lui fait mal, contrairement au géant philistin, ce n’est pas encore demain qu’on lui  coupera la tête. Nom mais !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message