Vente-privee s’offre un troisième théâtre, les Bouffes-Parisiens

|

Vente-privee Entertainment poursuit son développement grâce à l’acquisition du Théâtre des Bouffes-Parisiens, près d'un an après celle du Théâtre de la Michodière.

En 2013, le pure player s’était offert le Théâtre de Paris et en avril 2014, le Théâtre de la Michodière
En 2013, le pure player s’était offert le Théâtre de Paris et en avril 2014, le Théâtre de la Michodière

Vente-privée fait un pas de plus en direction du renforcement de sa filiale Vente-privee Entertainment, avec l’acquisition de son troisième théâtre : les Bouffes-Parisiens. En 2013, le pure player s’était en effet offert le Théâtre de Paris et en avril 2014, le Théâtre de la Michodière. Jusqu’ici détenue par Dominique Dumond, directeur du théâtre et ses associés, la société d’exploitation des Bouffes-Parisiens passe donc dans le giron de Vente-privee Entertainment, une initiative qui s’inscrit dans le prolongement de l’activité du site dans le secteur du divertissement.

La mise en place de synergies avec le Théâtre de Paris, le Théâtre de la Michodière et Vente-privee Entertainement va permettre de poursuivre le dynamisme des forces de commercialisation, de billeterie et de promotion des artistes et des spectacles. Ce nouveau lieu pourra profiter pleinement des outils et savoir-faire proposés par la filiale : de la promotion en passant par la distribution, les solutions de billetterie, co-production, ou encore CRM. "Nous sommes aujourd’hui très fiers d’être liés à la famille du créateur de l’opéra bouffe français, qui a excellé incontestablement avec l’opérette aux yeux du grand public. Le théâtre des Bouffes-Parisiens évoque encore aujourd’hui tout autant la musique que le théâtre : ce sont pour moi des vecteurs émotionnels qui réunissent…", précise Jacques-Antoine Granjon, p-dg et fondateur de vente-privee (photo ci-contre).  

Le 23 février dernier, L’e-marchand a signé un partenariat avec la filiale de la Fnac, France Billet, afin de proposer à ses 20 millions de membres, un accès au catalogue d’offres composé de billets de spectacles, d’événements sportifs et de loisirs pour la France. Cette initiative témoignant de la volonté de l’e-commerçant d’accélérer dans la vente de produits d’entertainment, tout comme sa prise de participation en janvier 2015, au sein de la startup Weezevent, solution de billetterie en ligne.

1 commentaire

Julien ETIENNE

17/03/2016 18h08 - Julien ETIENNE

Tellement bien vu... Jacques-Antoine Granjon fait partie de ces entrepreneurs français qui collent au modèle Amazon (entre autres) et n'hésite pas à sortir de son "cœur de métier" pour aller vers une entreprise Fullstack qui gère tout de A à Z avec un circuit de vente et de logistique optimisé au maximum.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message