Ventes de Noël, une parenthèse avant la délicate année 2012

|

L'ÉVÉNEMENT DE LA SEMAINE Les ventes de fin d'année sont en hausse, comparées à celles de 2010, fortement touchées par le mauvais temps qui avait pénalisé la fréquentation des magasins. Si 2012 s'annonce morose, Noël a préservé son caractère festif.

DOMINIQUE PIERRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE NICOLAS FEUILLATTE
DOMINIQUE PIERRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE NICOLAS FEUILLATTE© DR

Cette année, pour Noël, les consommateurs ont mis de côté les craintes de chômage, de plan de rigueur et d'austérité. Si les industriels appréhendaient les fêtes, la situation s'est finalement relativement bien passée. Le souvenir de celles de l'an passé avait laissé un goût amer, la consommation ayant été pénalisée par une météo catastrophique qui avait nui à la fréquentation des magasins. Cette année, il fallait ajouter à cette crainte la conjoncture morose. La météo n'a finalement pas été un souci : avec des températures en moyenne plus élevées de plus de 4 à 5 ° versus 2010, les consommateurs ont pu se déplacer librement et consommer à leur guise. Mais, selon certains industriels, un climat si doux en décembre a pu faire oublier leurs courses aux consommateurs, ces derniers préférant prendre la poudre d'escampette pour les week-ends. Les achats ont ainsi été très tardifs et concentrés sur la dernière semaine.

LES CHIFFRES

+ 4 à + 5 ° La hausse moyenne des températures des trois dernières semaines de décembre

Source : MetNext

+ 3% La croissance du chiffre d'affaires des produits festifs

Source SymphonyIRI

+ 1,4% La croissance volume de la consommation en France

Source SymphonyIRI du 2.11.2010 au 25.12.2010

 

Des résultats satisfaisants

 

« Au cours des quatre dernières semaines avant Noël, les ventes unitaires sont très nettement reparties à la hausse (+ 1,4% sur le total France), et ce dans la plupart des zones. Seule la région parisienne est en recul de 0,3% », explique Jacques Dupré, directeur Insight chez SymphonyIRI. Le chiffre d'affaires des produits festifs est en croissance d'environ 3% mais en léger recul sur les ventes unitaires (- 0,9%) sur cette période versus 2010.

Cependant, par catégorie, les résultats ont été très disparates. Toujours selon SymphonyIRI, si le marché des foies gras est stable, celui des saumons fumés est en léger recul (- 1,3% en ventes unitaires). Quant aux crustacés, mollusques surgelés et spécialités glacées, la chute est visible, avec respectivement - 14 et - 4%. Côté boissons, les alcools, liqueurs et mousseux sont orientés à la hausse (+ 2,5%) mais les champagnes baissent (- 2,8%). Les données de la 52e semaine n'étant pas disponibles, les chiffres doivent encore être précisés pour l'ensemble de la période des fêtes.

Du côté des industriels, les premiers résultats sont jugés très satisfaisants. Chez Labeyrie, l'année 2011 est qualifiée de mémorable. « 2010 avait été une année historique où nous avions vendu 200 tonnes supplémentaires de foie gras. Cette année, nous avons reconduit cette performance », confie Jacques Trottier, directeur général de Labeyrie. Pour le saumon, analyse identique. « Ce segment connaît une forte progression depuis plus de deux ans et la période des fêtes n'a pas été une exception à cette évolution. Les produits les plus qualitatifs ont eu la cote », ajoute-il. Pour les spiritueux, Nicolas Feuillatte tire un bilan correct : « Le niveau de commande était quasi identique à celui de l'an passé », explique Dominique Pierre, DG de Nicolas Feuillatte.

 

 

Des craintes

 

En raison de la conjoncture, les réveillons se sont davantage déroulés dans les foyers. Les consommateurs, qui ont fait attention au cours de l'année, ont donc tenu à se faire plaisir durant les fêtes. Les courses de cadeaux suivent la même tendance. « À Noël, les grands jeux vidéo ont "cartonné" avec 240 000 exemplaires de Mario Kart 7 sur 3DS et 224 000 sur Super Mario 3D Land », explique Philippe Lavoué, directeur général adjoint de Nintendo France.

À la Grande Récré, on constate que les ventes de jouets sur décembre 2011 ont été plus vigoureuses qu'en novembre. « Cependant, nous n'avons pas enregistré l'effet de compensation escompté, et le panier moyen en magasin est resté stable », indique Franck Mathais, directeur des ventes pour la Grande Récré en France, Suisse et Belgique.

Si pour Noël l'effet crise était redouté par les industriels, pour la plupart des Français, cette situation n'a rien changé. Avec un bilan relativement correct pour cette période, les fabricants, qui attendent cependant des résultats définitifs, craignent un revirement de situation pour 2012. Noël n'aura sans doute été qu'une parenthèse « festive » avant la tempête.

JACQUES TROTTIER, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LABEYRIE

« Pour le foie gras, nous avons reconduit cette année un record historique en volume, comme 2010. Concernant le saumon, les fêtes de 2011 suivent la même tendance dynamique, initiée depuis deux ans. Des performances qui s'expliquent par le repli des réveillons à la maison en raison de la crise et la volonté d'acheter des produits premium. Les fêtes restent un moment sacré. »

FRANCK MATHAIS, DIRECTEUR DES VENTES POUR LA GRANDE RÉCRÉ EN FRANCE, SUISSE ET BELGIQUE

« Les ventes de jouets en décembre ont été plus vigoureuses qu'en novembre, où le marché a terminé en recul. Le panier moyen est resté stable mais nous n'avons pas enregistré l'effet de compensation escompté. Le marché du jouet devrait donc finir l'année à + 5% contre + 7% à fin octobre. Le ralentissement de la fin d'année s'explique, entre autres, par des phénomènes conjoncturels. »

DOMINIQUE PIERRE, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE NICOLAS FEUILLATTE

« En moyenne, les fêtes de fin d'année représentent 15% de nos ventes. Le niveau de commande pour cette période était quasiment identique à celui de l'an passé. Ce qui change, c'est l'attention accrue de nos clients aux stocks résiduels. En conséquence, le délai entre la prise de commande et la livraison devient de plus en plus court. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2210

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous