Véronique Laury, une Française prend les rênes du géant Kingfisher

|

L’anglais Kingfisher fait de la place à une nouvelle génération de dirigeants, incarnée par la prochaine arrivée de Véronique Laury (Castorama France) à la direction générale du groupe.

LauryCastorama02e.psd
LauryCastorama02e.psd© © Moura / Alpaca / Andia

Son parcours

  • 1989 Chef de produits chez Leroy Merlin
  • 2003 Directrice produits chez Castorama France
  • 2006 Directrice commerciale de Castorama France
  • 2008 Directrice commerciale de Kingfisher
  • 2011 Directrice commerciale de B & Q
  • Mars 2013 Directrice générale de Castorama France
  • Juillet 2014 Membre du comité exécutif de Kingfisher
  • Septembre 2014 Kingfisher annonce sa nomination comme future directrice générale du groupe d’ici à la fin de l’exercice en cours (31 janvier 2015)

Avec 14% seulement de femmes PDG dans le monde – et encore moins dans la distribution –, la prochaine arrivée de Véronique Laury à la tête de Kingfisher est remarquable. Avant la fin de l’exercice fiscal en cours, c’est-à-dire fin janvier, c’est une femme, roturière, et Française de surcroît, qui va prendre la direction générale du groupe britannique de bricolage, en lieu et place de Sir Ian Cheshire. La raison de cette nomination, effective après une période de transition, est simple : avec les nombreuses échéances qui attendent Kingfisher, il a été décidé de laisser la place à une nouvelle génération.

« C’est probablement l’une des meilleures dirigeantes de la distribution en France. Elle est dynamique, connaît très bien le métier de la distribution, et fait preuve de beaucoup d’ouverture », souligne Édouard-Nicolas Dubar, fondateur du cabinet de recrutement de dirigeants Headlight International France. Née en 1965, la future patronne était dans les petits papiers de la direction depuis longtemps. Elle aura maintenant la charge de mettre en place une stratégie omnicanal tout juste balbutiante, qui va représenter un important virage pour Kingfisher, son chiffre d’affaires de 14 milliards d’euros et ses quelque 1 200 magasins. Ses autres missions, et pas des moindres, seront de gérer un géant établi en Europe, mais également en Asie, tout en pilotant le lancement d’enseignes comme Screwfix ou Brico Dépôt sur de nouveaux marchés. Sans oublier de poursuivre le programme de marques communes, gros levier d’économies à l’échelle du groupe. Le tout dans un environnement économique que l’on a connu plus florissant. 

Un profil très international

Les douze travaux d’Hercule ? Pas forcément, compte tenu de l’expérience de Véronique Laury, qui connaît les moindres coins et recoins de la maison Kingfisher, qu’elle fréquente depuis 2003. Avec des allers-retours entre les différentes enseignes et la direction groupe, son bagage est plutôt robuste. « Les différences entre B & Q et Castorama ? Je pourrais écrire un livre la-dessus », confiait-elle en 2013, lors de son arrivée aux commandes de Castorama France, dans un discours émaillé d’anglicismes peut-être prémonitoires. Tout comme cette phrase lâchée au cours d’un échange avec LSA : « Après avoir travaillé en Grande-Bretagne, en Russie, en Pologne ou encore en Chine, mon horizon, c’est le monde, et pas seulement la France. »

Rien d’étonnant donc à ce que le conseil d’administration la choisisse, elle et « son expérience incomparable de vingt-six ans dans le domaine de la distribution de produits d’amélioration de l’habitat », après avoir épluché des candidatures internes et externes. Elle remplacera l’actuel directeur général, le très francophile Sir Ian Cheshire, et son bilan impeccable. En presque sept ans à la tête de ce groupe coté à Londres, l’homme a été anobli « pour services rendus aux entreprises, au développement durable et à l’environnement ». Il a surtout fait progresser le chiffre d’affaires de King­fisher de 23%, doublé le résultat avant impôts et plus que doublé la capitalisation boursière.

Une voie déjà tracée ? 

Mises bout à bout, les différentes pièces du puzzle rendent la nomination de Véronique Laury tout à fait logique. En juillet, l’incontournable Philippe Tible, âgé de 62 ans et patron de Kingfisher France, choisissait de quitter ses fonctions pour laisser la nouvelle génération prendre les commandes. Un départ synonyme d’entrée au comité exécutif pour elle et Alain Souillard, directeur général de Brico Dépôt en France, Espagne, Roumanie et Portugal, deux talents que Philippe Tible, ancien de Leroy Merlin, avait absolument tenu à faire venir chez Kingfisher. Avec son antériorité chez King­fisher, Véronique Laury était bien placée pour gravir le dernier échelon, qui échoit donc à une Française. Pas totalement un hasard compte tenu du poids prépondérant de la France au sein du groupe anglais.

Avec les deux enseignes Castorama et Brico Dépôt, qui comptent chacune légèrement plus de 100 magasins, l’Hexagone représente 40% des ventes, mais surtout 49% du résultat opérationnel de Kingfisher. Et question maîtrise des dépenses, la dirigeante n’a rien à envier à personne. Lors d’une présentation aux investisseurs, elle avait donné « sa » vision du click & collect : « Il ne s’agit pas d’un test pour savoir si on va le faire, mais de savoir comment on va le faire », résumait-elle alors. Avant d’expliquer que si, au départ, deux personnes étaient dédiées à ce service, ce chiffre a vite été ramené à zéro. Des services en plus, sans avoir besoin de modifier la structure de coût de l’enseigne, voilà qui devrait plaire. Surtout que Kingfisher ne peut se laisser distancer par son grand concurrent, le groupe Adeo (Leroy Merlin, Weldom, etc.), avec qui il est au coude à coude en Europe en termes de chiffre d’affaires. 

Une feuille de route sur cinq ans

  • Mettre en place des systèmes d’information « de très haut niveau »et des structures omnicanal.
  • Assurer le lancement des enseignes Screwfix et Brico Dépôt dans de nouveaux pays.
  • Poursuivre et compléter le programme de marques communes à l’ensemble du groupe. 
  • Intégrer les activités de Mr. Bricolage (en cours de rachat) au sein de Kingfisher en France.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2333

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA