Vers le support d'enregistrement universel

Les nouveaux standards numériques, issus de l'informatique, effacent peu à peu les supports traditionnels. Et permettent de stocker données, son et images.

L'annonce a créé l'événement lors du dernier salon Ifa de Berlin. Philips, Samsung et Thomson dévoilaient simultanément le produit que tous les amateurs de DVD vidéo

attendaient : l'enregistreur de salon. Enfin, la révolution numérique atteignait le monde de l'enregistrement vidéo. Et même si quelques améliorations restent à venir, même si le prix s'annonce élevé, même si le magnétoscope a encore de belles années devant lui, la boucle est bouclée. Avec ce DVD vidéo enregistreur, toutes les familles d'appareils grand public - magnétoscopes, caméscopes, appareils photo, chaînes hi-fi - possèdent leur standard numérique.

Le monde informatique, lui aussi, voit évoluer ses supports de stockage. Si la disquette se porte encore bien, certains fabricants d'ordinateurs (Apple en tête) ont déjà décidé de l'abandonner. Le CD-R réalise une percée phénoménale, tandis que son frère CD-RW - réinscriptible et plus cher - tarde à convaincre. Parmi les supports plus professionnels, les nouveautés se succèdent également. Avec, récemment, le Jaz 2 et le Clik ! de Iomega.

Prochaine étape : l'unification. Malgré la diversité des standards proposés, certains fabricants promettent déjà une convergence vers un support de stockage universel s'adaptant à toute l'électronique de loisirs. Ce qui permettrait de transférer sans peine des images ou des sons d'un appareil à l'autre, sans les fastidieux problèmes de connexion ou de compatibilité actuels.

Guerre chez les standards

Un premier pas a été franchi avec l'adoption des cartes mémoires. Sorte de minuscules disquettes dotées d'une importante capacité de stockage, ces cartes ont investi les produits grand public avec les appareils photo numériques. Amovibles, elles peuvent être lues par les PC équipés de l'adaptateur adéquat. Mais aussi par des imprimantes autonomes développées spécialement pour la photo et la vidéo numérique. Aujourd'hui, ces cartes ont étendu leur champ d'action à la musique. Elles équipent les baladeurs musicaux numériques comme le Rio, le Yepp ou le Lyra. Seul problème : il existe pour l'instant quatre formats de cartes incompatibles entre eux. Les deux plus répandus sont le SmartMedia et le CompactFlash. Siemens a ensuite lancé sa MultiMediaCard, reprise, entre autres, par Grundig pour son baladeur MP3. Dernier en date, Sony a présenté cette année son standard propriétaire : le MemoryStick. Conçu pour faire communiquer tous les appareils numériques du constructeur japonais - dont ses ordinateurs portables Vaio -, ce standard n'a cependant pas vocation à rester une chasse gardée de Sony. Aiwa, Casio, Fujitsu, Sanyo et Sharp participent à son développement.

En développant de multiples supports universels de stockage, les fabricants perpétuent la guerre des standards. Reste à espérer qu'elle ne durera pas cent ans.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1651

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message