Vers "un marché "pourri" en 2014" - Les déclarations musclées de Serge Papin, président de Système U

|

A l’occasion de la présentation des résultats de Système U, le 4 février à Paris, le président de Système U est à nouveau monté au créneau pour défendre son projet de « commerce qui profite à tous ». Un concept qui lui parait d’autant plus d’actualité que 2014 s’annonce difficile.

Serge Papin, président de Système U.
Serge Papin, président de Système U.© DR

Serge Papin, président de Système U :

"Marché pourri" en 2014

« On est en train de passer en déflation pour la première fois. Une déflation des prix, mais aussi de la demande. Elle baisse sur le premium. On vend beaucoup plus de produits simples, ce qui ne veut pas dire de mauvaise qualité, mais les gens achètent plus de produits de bases qu’ils cuisinent chez eux. »
« Depuis septembre, la grande conso est en recul de 3 %. Nous anticipons un recul du marché de 1 à 3 % en 2014, aidé par la baisse de certaines matières premières comme le blé. »
« Nos prévisions de +2,5 % pour nos ventes de 2014 tiennent compte d’un marché pourri. Mais avec cet objectif, nous serons toujours en croissance de part de marché. »

 

Vers une nouvelle crise du lait

« Les négociations commerciales qui se tiennent actuellement sont en train de suggérer à la production de revenir à un prix du litre de lait à 32 centimes d'euros. »
« Il va y avoir une nouvelle crise du lait en France dès la fin des négociations commerciales comparable à celle que nous avons connue l'an dernier. Je peux déjà vous la prédire à peu près à l’époque du salon de d’agriculture. Benoit Hamon aura de quoi s’occuper jusqu'à l'été. »

 

LME : "Notre projet d'amendement est écrit"

« On est dans une guerre des prix qui génère perte de valeur et déflation. Il y a un manque de responsabilité de la distribution et des leaders. »
« Si le pouvoir public laisse faire, on assistera tranquillement à l’érosion de l’appareil productif. »
« Notre projet d’amendement est écrit, on l’a envoyé à tout le monde. Dans l’esprit, on se rapprocherait de la loi Dutreil. Je pense qu’il sera porté au Sénat. Pourquoi il n’est pas soutenu au gouvernement ? Je crois que c’est à cause des hauts fonctionnaires de Bercy. Ils sont accaparés par la problématique du pouvoir d’achat compte tenu des prélèvements. Ils ont peur d’un retour de l’inflation, d’ouvrir la boite de Pandore. »
« La loi Hamon, c’est la double peine. Elle redonne la main aux industriels et de la vigueur aux accords de gamme. Cela n’a pas été perçu par le gouvernement alors qu’un gamin de cinq ans comprend ça ! »
« Je ne cherche pas à me mettre en valeur. Je suis le porte-parole d’un réseau très implanté en régions de production. Je suis légitime, je n’ai pas de compte à rendre. Pourquoi je ne défendrais pas l’intéret général ? Pourquoi le politique croit avoir le monopole du savoir économique ? Je suis là depuis assez longtemps pour savoir que c’est un métier compliqué. »


Le CICE détourné de son objectif
« A quoi a servi dans la distribution le crédit d'impôt compétivité (Cice) ? A nourrir le pouvoir d’achat plus que l’emploi...

Pourquoi  pas, ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Dans notre secteur comme les autres, son attribution n’est soumise à aucune contrepartie. »

 

Pas de drive isolé
« On a rien à faire dans les drives isolés et déportés. Ce n’est pas notre métier. En revanche, on veut bien faire le drive accolé, avec des systèmes d’informations adaptés, du picking magasin ou du picking entrepot. »

 

E-commerce
« Nous sommes très fiers de vous dévoiler notre entrée au capital de TEA, « the e-book alternative », qui propose déjà 200 000 titres en open source. »

 

Guillaume Darrasse, directeur général de Système U


Nouveaux gains de part de marché en 2014
« Les prévisions de croissance pour 2014 sont de 18,9 Mrds€ hors carburant, en progression de 2,5 %. Soit un gain de part de marché de 0,2 à 0,3 point. »
« Nous allons creuser le sillon du commerce qui profite à tous, avec des produits pas chers, simples et un bon équilibre dans les relations commerciales. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter