Marchés

Viande de cheval: les autorités britanniques refuse le boycott… pour l’instant

|

Dossier On a déjà tendance à l’oublier, mais l’affaire des produits surgelés contenant de la viande de cheval a démarré en Grande-Bretagne.

Owen Paterson
Owen Paterson© Wikipedia Creative Commons

C’est chez Tesco que le scandale a été révélé. Depuis, la folie autour de la présence de viande de cheval dans des produits industriels surgelés a franchi la Manche pour occuper l’ensemble de l’espace médiatique et politique depuis ce week-end. Mais que se passe-t-il au Royaume-Uni ?

De mauvaises surprises à venir

Les distributeurs, dont Tesco et Sainsbury’s ont rencontré Owen Paterson, secrétaire à l’environnement samedi dernier. Et une batterie de tests a été lancée dans la foulée sur un assortiment de produits très vaste. Owen Paterson a déjà prévenu : L’industrie de l’agroalimentaire qui pèse plus de 75 milliards de livres doit s’attendre à « de mauvais résultats. » Pourtant, il se refuse pour l’instant à toute notion de boycott de produits qui viendraient d’Europe Continentale malgré les diverses pressions, clamant qu’il ne s’agit, pour l’instant « pas d’une affaire de santé publique ».

Les distributeurs "responsables"

En revanche, il a été sans équivoque sur les responsabilités de ce dossier : « Ce aux distributeurs de s’assurer de leurs fournisseurs et de leurs procédures sanitaires. » Nous verrons si les pouvoirs politiques français auront le même regard et si cette affaire ne nous replongera pas dans une énième guerre entre les anglais et les continentaux…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message