Vidéos publicitaires en ligne : les raisons du désamour [Etude]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ETUDE Mauvaise qualité, manque de pertinence, des contenus trop nombreux... Les vidéos en ligne sont sévèrement jugées par les 4000 consommateurs sondés par Vanson Bourne pour Brightcove. Le point sur les enseignements de cette étude. 

En France, 52 % des internautes utilisent ou ont téléchargé un ad blocker pour contrer des publicités en ligne.
En France, 52 % des internautes utilisent ou ont téléchargé un ad blocker pour contrer des publicités en ligne.

Halte aux vidéos publicitaires en ligne ! C’est, en somme, le message délivré par les internautes qui sont de plus en plus nombreux à critiquer ces contenus, en témoigne notamment le boom des ad blockers. Plus de la moitié des Français aurait téléchargé ces applications volontairement installées pour bloquer l’apparition des publicités, et 23 % s’apprêtent à le faire.

Neuf consommateurs européens sur 10 (92 %) s’accordent à dire que la publicité vidéo en ligne telle qu’elle est pratiquée actuellement doit se réinventer, selon une enquête menée auprès de 4 000 consommateurs au Royaume-Uni, en France et en Allemagne au mois de mai 2016 pour Brightcove Inc. Lorsqu’on leur demande de préciser les reproches qu’ils adressent à la publicité vidéo, les consommateurs mentionnent le manque de pertinence, le nombre trop élevé de publicités et leur faible qualité. Ces griefs poussent même 67 % d’entre eux à arrêter de regarder le contenu sélectionné. 

Des mauvaises expériences en mémoire

Parmi les enseignements les plus marquants, l’étude révèle, entre autres, que 74 % ont connu une mauvaise expérience en raison du contenu d’une publicité vidéo, 73 % des consommateurs ont en outre constaté des problèmes de qualité de diffusion (temps de chargement long, échec du chargement, etc.). Plus de la moitié (51 %) se disent agacés par le nombre de publicités vidéo en ligne. Enfin, plus d’un tiers (36 %) assurent que ces publicités correspondent rarement, voire jamais, à leurs centres d’intérêt. Malgré ce jugement sévère, deux tiers (66 %) des personnes interrogées disent comprendre et trouver raisonnable que les éditeurs aient recours à la publicité en ligne pour financer le contenu gratuit, la moitié d’entre eux admettant qu’ils ne sont pas prêts à payer pour du contenu vidéo en ligne, quel qu’il soit.

La solution : des publicités interactives ?

Dans la deuxième partie de l’étude, les 4000 participants ont été invités à formuler des suggestions d’amélioration. 58 % seraient plus enclins à tolérer les publicités vidéo en ligne si elles étaient interactives, 57 % souhaiteraient que les publicités vidéo soient plus courtes et 21 % aimeraient que les publicités vidéo soient mieux ciblées. Enfin, 4 sur 10 désireraient surtout pouvoir avancer rapidement… jusqu’à la fin de ces vidéos publicitaires.

Infographie récapitulative de l'étude

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA