Villeurbanne doublera la superficie de son centre-ville

|

Trois quarts de siècle après sa création, le quartier Gratte-Ciel, coeur de ville de Villeurbanne, est à l'étroit. La municipalité lance un vaste chantier d'urbanisation pour étendre ce périmètre vers le nord.

URBANISME Déploiement du centre-ville vers le nord. Prolongement de la rue Henri-Barbusse sous la forme d'une rue commerçante, réappropriation du cours Émile-Zola en privilégiant les modes de déplacement doux, prolongement de la rue Racine. IMMOBILIER Mixité des programmes 600 à 1 000 logements, 8 000 à 15 000 m2 de bureaux, et 20 000 à 25 000 m2 de commerces. Et des équipements (lycées et cinémas).

D'ici à 2018, le centre-ville de Villeurbanne, dans le Rhône, aura complètement changé de visage. La municipalité vient de lancer un vaste projet d'urbanisation de son centre, afin de doubler - pas moins - sa superficie. Le quartier de Gratte-Ciel, qui part de l'Hôtel de ville et court le long de l'avenue Henri-Barbusse sur environ 300 mètres, va être étendu au nord au-delà du cours Émile-Zola.

Endiguer la forte évasion commerciale

Cette zone sera entièrement réhabilitée, avec la construction d'un nouveau lycée, de 600 à 1 000 logements, de bureaux (entre 8 000 et 15 000 m2), d'équipements culturels et de commerces (20 000 à 25 000 m2). « La locomotive de ce nouveau centre sera alimentaire. Pour l'instant, nous sommes en négociations avec les deux enseignes présentes sur le terrain - Carrefour et Monoprix - pour voir laquelle des deux s'inscrira le mieux dans le projet. L'offre sera complétée par des petites et moyennes surfaces non alimentaires, le domaine qui nous fait le plus défaut », explique Richard Llung, adjoint au développement urbain à Villeurbanne. La municipalité a déjà annoncé que la commercialisation des espaces commerciaux sera confiée à un opérateur spécialisé via un appel d'offres.

Si la municipalité de Villeurbanne a décidé de lancer ce projet titanesque, c'est avant tout pour endiguer l'évasion commerciale qu'elle subit : 75 % des achats non alimentaires sont réalisés en dehors de la ville ! Il faut dire que Villeurbanne doit faire face à une concurrence forte. Implantée entre Lyon et sa périphérie, la commune est à seulement une dizaine de kilomètres du centre commercial de la Part-Dieu, qui draine déjà plus de 30 millions visiteurs par an grâce à ses 64 000 m2 de surfaces de vente. Et son attractivité va augmenter dès le début 2010 avec la création du cours Oxygène qui disposera d'une surface de vente de 11 000 m2. Mais La Part-Dieu n'est pas la seule menace qui pèse sur le centre-ville de Villeurbanne. En effet, le centre de commerces et de loisirs Carré de Soie (40 000 m2), récemment ouvert, qui a construit son offre sur le non-alimentaire, capte également une partie de la clientèle.

Villeurbanne envisage de créer la zone d'aménagement concerté (Zac) dès septembre 2010. Les travaux pourraient alors débuter en 2013.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2117

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA